Poème 'Le Pot de terre et le Pot de fer' de Jean de LA FONTAINE dans 'Les Fables'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jean de LA FONTAINE > Le Pot de terre et le Pot de fer

Le Pot de terre et le Pot de fer

Jean de LA FONTAINE
Recueil : "Les Fables"

Le Pot de fer proposa
Au Pot de terre un voyage.
Celui-ci s’en excusa,
Disant qu’il ferait que sage
De garder le coin du feu :
Car il lui fallait si peu,
Si peu, que la moindre chose
De son débris serait cause.
Il n’en reviendrait morceau.
Pour vous, dit-il, dont la peau
Est plus dure que la mienne,
Je ne vois rien qui vous tienne.
- Nous vous mettrons à couvert,
Repartit le Pot de fer.
Si quelque matière dure
Vous menace d’aventure,
Entre deux je passerai,
Et du coup vous sauverai.
Cette offre le persuade.
Pot de fer son camarade
Se met droit à ses côtés.
Mes gens s’en vont à trois pieds,
Clopin-clopant comme ils peuvent,
L’un contre l’autre jetés
Au moindre hoquet qu’ils treuvent.
Le Pot de terre en souffre ; il n’eut pas fait cent pas
Que par son compagnon il fut mis en éclats,
Sans qu’il eût lieu de se plaindre.
Ne nous associons qu’avecque nos égaux.
Ou bien il nous faudra craindre
Le destin d’un de ces Pots.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Le pissenlit d’avril offrit trois parachutes,
    Faisant, sous le soleil, voler trois acariens.
    Le premier atteignit les sables sahariens,
    Et, dans une oasis, devint joueur de flûte.

    Le deuxième acarien, que l’effort ne rebute,
    Fit des acrobaties dans le ciel sibérien.
    On l’a félicité, il a dit : « Ce n’est rien,
    Un puissant tourbillon m’a pris dans ses volutes ».

    Le dernier acarien a parcouru deux mètres
    Et s’est trouvé piégé au bord de ma fenêtre,
    Pris par une araignée avec du fil collant.

    Ce troisième larron fit le plus fier poème,
    Disant : « Sur mon tombeau, n’offrez nul chrysanthème ;
    Je reste, pour toujours, un acarien volant »

  2. Cochonfucius, seriez-vous parti en vacances ?
    Ceci fut votre dernier sonnet
    Ainsi manquons-nous de chance
    De ne plus pouvoir lire vos billets

  3. Patience !

    Je m'y remets demain, peut-être, ou dans trois jours.

Rédiger un commentaire

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto