Poème 'Garage' de ATOS

Garage

ATOS

Au marbre s’enchaînent les tambours.
Dans la fosse les grilles dressent les écrous.
Une huile profonde et secrète empreinte une rigole.
En sa grande pompe l’essence vagabonde.
Tout est calme sur l’asphalte
Le givre enserre les enseignes.
Les lettres d’or et de pourpre
montent la garde sur les pistes.
Les cuves pleines de fioul
attendent le premier appel du jour.
Le garage sommeille aux portes de la ville.
Aucun homme ne vient ce soir sur la route
La nuit s’échangera plus loin .Sans doute.

Extrait du recueil « Ynys Avallach »,
Les éditions du Littéraire – La bibliothèque de Babel
juin 2014 – ISBN-13 : 978-2919318223

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS