Poème 'Le tendre et dangereux visage de l’amour' de Jacques PRÉVERT dans 'Histoires et d'autres histoires'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jacques PRÉVERT > Le tendre et dangereux visage de l’amour

Le tendre et dangereux visage de l’amour

Jacques PRÉVERT
Recueil : "Histoires et d'autres histoires"

Le tendre et dangereux
visage de l’amour
m’est apparu un soir
après un trop long jour
C’était peut-être un archer
avec son arc
ou bien un musicien
avec sa harpe
Je ne sais plus
Je ne sais rien
Tout ce que je sais
c’est qu’il m’a blessée
peut-être avec une flèche
peut-être avec une chanson
Tout ce que je sais
c’est qu’il m’a blessée
blessée au coeur
et pour toujours
Brûlante trop brûlante
blessure de l’amour.

Le tendre et dangereux visage de l’amour”, tiré du recueil “Histoires et d’autres histoires” paru aux éditions Gallimard
© Fatras/ Succession Jacques Prévert, pour les droits audiovisuels et numériques

Poème préféré des membres

PalabrasSinTierra a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Le tendre et délicat visage d'une femme
    M'apparaît certains soirs, en mon demi-sommeil ;
    Son visage est marqué des reflets du soleil,
    Son sourire est plus doux, peut-être, que son âme.

    Un homme ne doit pas se prétendre mentor ;
    Il ne doit pas s'attendre à trouver une muse.
    À Prévert, à Diogène il ne faut donner tort :
    D'amour, on peut souffrir, à cause de ses ruses.

  2. Prévert dit bien pourtant "Blessure" et "brûlure" et celles-ci peuvent être réciproques : "homme vers femme".

  3. J'aurai écrit :

    ''Son sourire est plus doux, peut-être, que mon âme'' .

  4. En effet, c'est mieux.

  5. Prévert en anglais par Sarah Lawson :
    -------------------------------------------

    The tender and dangerous
    face of love
    appeared to me one evening
    after an over-long day
    It was perhaps an archer
    with his bow
    or then again a musician
    with his harp
    I don't really know
    I don't know anything
    All I can see
    Is that he wounded me
    maybe with an arrow
    maybe with a song
    All I can see
    Is that he wounded me
    wounded me in the heart
    and for ever
    Burning hot
    the wound of love.

  6. Moine de pourpre
    ------------------

    C’est un moine esseulé qui priait vaguement
    Au fond de sa cellule étroite et bien fermée,
    Et même, il évoquait sa sainte bien-aimée :
    Cela lui procurait un étourdissement.

    C’est un moine reclus, ce n’est pas un amant,
    Jamais le grand amour dans son âme pâmée
    N’a donné libre cours à sa grâce embaumée,
    Son coeur se fait plus faible à chaque battement.

    Il a le souvenir d’un ancien paysage,
    Ou peut-être un sourire, ou peut-être un visage,
    Ou la voix d’une ondine au milieu des roseaux ;

    Même en allant prier le dieu de porcelaine,
    D’impossibles amours est sa cervelle pleine,
    Comme le Saint-Esprit qui planait sur les eaux.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS