Poème 'En sortant de l’école' de Jacques PRÉVERT dans 'Histoires et d'autres histoires'

En sortant de l’école

Jacques PRÉVERT
Recueil : "Histoires et d'autres histoires"

En sortant de l’école
nous avons rencontré
un grand chemin de fer
qui nous a emmenés
tout autour de la terre
dans un wagon doré

Tout autour de la terre
nous avons rencontré
la mer qui se promenait
avec tous ses coquillages
ses îles parfumées
et puis ses beaux naufrages
et ses saumons fumés

Au-dessus de la mer
nous avons rencontré
la lune et les étoiles
sur un bateau à voiles
partant pour le Japon
et les trois mousquetaires
des cinq doigts de la main
tournant ma manivelle
d’un petit sous-marin
plongeant au fond des mers
pour chercher des oursins

Revenant sur la terre
nous avons rencontré
sur la voie de chemin de fer
une maison qui fuyait
fuyait tout autour de la Terre
fuyait tout autour de la mer
fuyait devant l’hiver
qui voulait l’attraper

Mais nous sur notre chemin de fer
on s’est mis à rouler
rouler derrière l’hiver
et on l’a écrasé
et la maison s’est arrêtée
et le printemps nous a salués

C’était lui le garde-barrière
et il nous a bien remerciés
et toutes les fleurs de toute la terre
soudain se sont mises à pousser
pousser à tort et à travers
sur la voie du chemin de fer
qui ne voulait plus avancer
de peur de les abîmer

Alors on est revenu à pied
à pied tout autour de la terre
à pied tout autour de la mer
tout autour du soleil
de la lune et des étoiles
A pied à cheval en voiture
et en bateau à voiles.

En sortant de l’école”, tiré du recueil “Histoires et d’autres histoires” paru aux éditions Gallimard
© Fatras/ Succession Jacques Prévert, pour les droits audiovisuels et numériques

Poème préféré des membres

Nanouchkafab44 a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. La vie ressemble à ces sonnets que je fignole
    Comme produit ses fruits le patient pissenlit.
    Aussi peu s’en soucie le passant qui les lit
    Que des graines des fleurs au jardin, qui s’envolent.

    Le plus souvent, bien sûr, ces textes sont frivoles :
    Menus propos badins que la rime embellit,
    Rêves incohérents notés au saut du lit,
    Souvenir de leçons entendues à l’école.

    Mais certains jours je dois dire un mot plus sérieux,
    Examiner mon coeur et passer aux aveux ;
    A ce genre d’écrit, malhabile est ma plume.

    J’aime mieux débloquer, fabuler, plaisanter,
    Et mon rire aime mieux que mes larmes chanter,
    Puisque l’oeil de l’esprit dans le rire s’allume.

  2. La personnaliter reste toujourd nous est ne veux aucun intérets pour les garcon

  3. Féliciti maintenant

    La vie devrait permettre au soeur est au frere
    De se fréquenter pour aller dans un pays par
    Assard en Hollande personne ne voudrait
    prendre sa place apart sa soeur Messie

  4. La vie est injuste avec des frere ou des soeur

  5. Féliciti maintenant

    On est invisible quand

    On connait quelqun

    On n'est connu quand on est nouveaux

    C'est la vie ou pas

  6. Féliciti maintenant

    Le chant et la danse exprime quesqu'on veut faire

Trackbacks
  1. C’est le printemps des poètes ! | lapetiterosette

Rédiger un commentaire

Jacques PRÉVERT

Portait de Jacques PRÉVERT

Jacques Prévert est un poète et scénariste français, né le 4 février 1900 à Neuilly-sur-Seine, et mort le 11 avril 1977 à Omonville-la-Petite (Manche). Après le succès de son premier recueil de poèmes, « Paroles », il devint un poète populaire grâce à son langage familier et ses jeux de mots. Ses poèmes sont... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto