Poème 'Les poissons escaillez aiment les moites eaus…' de Jean-Baptiste CHASSIGNET dans 'Mespris de la vie et consolation contre la mort'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jean-Baptiste CHASSIGNET > Les poissons escaillez aiment les moites eaus…

Les poissons escaillez aiment les moites eaus…

Jean-Baptiste CHASSIGNET
Recueil : "Mespris de la vie et consolation contre la mort"

Les poissons escaillez aiment les moites eaus,
Les fleuves et les lacs ; les animaus sauvages
Aiment les bois touffus, les creus et les boccages,
Et l’air dous et serain est aimé des oiseaus ;

Les grillons babillars aiment l’email des preaus,
S’esgayent au Prin-tems parmi le verd herbage,
Les lesars et serpens envenimez de rage
Aiment des murs rompus les humides caveaus.

Bref, naturellement chacun aime et desire
Le lieu originel d’où sa naissance il tire
Auquel mesmes il doit resider longuement :

L’homme seul, derivant comme plante divine
Du ciel spirituel sa feconde origine,
Prefere à sa patrie un long bannissement.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Poissons musicologues
    ----------

    J’entendis les poissons fredonner sous les eaux,
    Eux qui improvisaient sur des rythmes sauvages ;
    Le son se propageait tout au long du rivage,
    Amusant les pêcheurs, surprenant les oiseaux.

    Cependant les grillons chantaient dans les roseaux,
    Faisant même danser les vaches sur l’herbage ;
    Un invisible chat miaulait dans le bocage
    Et l’aragne du bois dévidait son fuseau.

    Sommes-nous en avril, que les poissons délirent ?
    Ou peut-on croire qu’ils deviennent poissons-lyres,
    Ou poissons d’un poème,ou poissons de roman ?

    Peut-être ont-ils reçu des lumières divines,
    Personne ne le sait, mais certains le devinent ;
    Il leur reste à trouver des auditeurs cléments.

  2. Poissons du miracle
    --------

    Le fils du charpentier, qui marchait sur les eaux,
    S’aventurait aussi dans les déserts sauvages ;
    Ses apôtres et lui, bien loin de tout rivage,
    Au peuple ont expliqué que l’homme est un roseau.

    Ils ont vanté le Dieu qui nourrit les oiseaux,
    Fait les montagnes croître et verdir les herbages ;
    Quand l’humain comme lui sera puissant et sage,
    Sans frémir il verra la Parque et son fuseau.

    Cinq pains et deux poissons furent les aliments
    Offerts à cette foule à l’avarice encline ;
    Bien nourris furent-ils, et surabondamment.

    Nos frères poissons pris dans cette main divine
    En sont reconnaissants, ton âme le le devine ;
    Ils ont dit grand merci à ce Sauveur clément.

  3. Poissons du miracle ....... (retouche)
    --------

    Le fils du charpentier, qui marchait sur les eaux,
    S’aventurait aussi dans les déserts sauvages ;
    Ses apôtres et lui, bien loin de tout rivage,
    Au peuple ont expliqué que l’homme est un roseau.

    Ils ont vanté le Dieu qui nourrit les oiseaux,
    Fait les montagnes croître et verdir les herbages ;
    Quand l’humain comme lui sera puissant et sage,
    Sans frémir il verra la Parque et son fuseau.

    Cinq pains et deux poissons furent les aliments
    Offerts à cette foule à l’avarice encline ;
    Bien nourris furent-ils, et surabondamment.

    Nos frères poissons pris dans cette main divine
    En sont reconnaissants, ton âme le devine ;
    Ils ont dit grand merci à ce Sauveur clément.

Rédiger un commentaire

Jean-Baptiste CHASSIGNET

Portait de Jean-Baptiste CHASSIGNET

Jean-Baptiste Chassignet (1571-1635) est un poète baroque français. Né à Clairac en Agenais, alors terre d’Empire, Jean-Baptiste CHASSIGNET est le fils d’un médecin. Il reçoit une formation humaniste, étudie le droit à l’université de Dole où il obtient son doctorat, ce qui le mène à une carrière d’avocat... [Lire la suite]

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS