Poème 'Nous n’entrons point d’un pas plus avant en la vie…' de Jean-Baptiste CHASSIGNET dans 'Mespris de la vie et consolation contre la mort'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jean-Baptiste CHASSIGNET > Nous n’entrons point d’un pas plus avant en la vie…

Nous n’entrons point d’un pas plus avant en la vie…

Jean-Baptiste CHASSIGNET
Recueil : "Mespris de la vie et consolation contre la mort"

Nous n’entrons point d’un pas plus avant en la vie
Que nous n’entrons d’un pas plus avant en la mort,
Nostre vivre n’est rien qu’une eternelle mort,
Et plus croissent nos jours, plus decroit nostre vie :

Quiconque aura vescu la moitié de sa vie,
Aura pareillement la moitié de sa mort,
Comme non usitee on deteste la mort
Et la mort est commune autant comme la vie :

Le temps passé est mort, et le futur n’est pas,
Le present vit, et chet de la vie au trespas
Et le futur aura une fin tout semblable.

Le temps passé n’est plus, l’autre encore n’est pas,
Et le present languit entre vie et trespas,
Bref la mort et la vie en tout tems est semblable.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Drac de sable
    ------------------

    Le drac de sable est fort, son coeur est plein de vie ;
    Donne-lui de l’ouvrage, il le fait sans effort,
    Offre-lui les périls, il ne craint pas la mort,
    Et sa soif de plaisir n’est jamais assouvie.

    Par la beauté des cieux, sa grande âme est ravie,
    Ou par celle des flots qui enchantent le port ;
    Sur ses ailes de monstre, il prend un bel essor
    Et s’éloigne en un vol qui jamais ne dévie.

    Son plumage est absent, ça ne lui manque point,
    Les oiseaux sont servis mieux que lui sur ce point,
    Mais il aime les voir, eux qui sont ses semblables.

    Or, parfois il se pose, il marche à petits pas,
    D’un fruit tombé de l’arbre il fait un bref repas ;
    Cette simplicité se montre inégalable.

  2. Sagesse d’un prédateur de gueules
    ---------------------------------

    L’aigle dit à sa proie, que veux-tu, c’est la vie ;
    Le beau serpent d’azur lui répond, c’est la mort.
    L’oiseau de Jupiter s’élève sans effort,
    Et sa faim, semble-t-il, n’est jamais assouvie.

    La victime, aujourd’hui vers les noirs cieux ravie,
    Se dit qu’elle n’est pas arrivée à bon port ;
    Le rapace s’élance et prend un bel essor,
    Aérien voyageur qui jamais ne dévie.

    Son plumage est voyant, ça ne le gêne point,
    Les oiseaux sont souvent comme lui sur ce point :
    Ils aiment parader auprès de leurs semblables.

    L’aigle n’est pas de ceux qui vont à petits pas,
    Car il franchit cent lieues pour trouver son repas ;
    Même le serpent bleu le trouve inégalable.

Rédiger un commentaire

Jean-Baptiste CHASSIGNET

Portait de Jean-Baptiste CHASSIGNET

Jean-Baptiste Chassignet (1571-1635) est un poète baroque français. Né à Clairac en Agenais, alors terre d’Empire, Jean-Baptiste CHASSIGNET est le fils d’un médecin. Il reçoit une formation humaniste, étudie le droit à l’université de Dole où il obtient son doctorat, ce qui le mène à une carrière d’avocat... [Lire la suite]

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS