Poème 'L’éternelle histoire' de Anatole LE BRAZ dans 'Poèmes votifs'

L’éternelle histoire

Anatole LE BRAZ
Recueil : "Poèmes votifs"

Ils avaient dit bonsoir aux femmes
En train de coucher les petits ;
Et, sur le dos mouvant des lames,
A la brune, ils étaient partis.

Ils étaient partis, à mer haute,
Pour conquérir le pain amer
Qu’il faut gagner loin de la côte,
Au péril de la haute mer.

Dans la nuit, la nuit sans étoiles,
Ils disparurent… A Dieu vat !
Le Guilvinec pleure cinq voiles,
Et cinq autres Leskiagat.

Pêle-mêle, mousses imberbes,
Patrons chenus, fiers matelots
Roulent, fauchés comme des herbes
Par le vent, ce faucheur des flots.

Oh ! la triste chanson d’automne,
Et qu’il fera froid, cet hiver,
Dans le coeur dolent des Bretonnes,
Veuves tragiques de la mer !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Anatole LE BRAZ

Portait de Anatole LE BRAZ

Anatole Le Braz (de son véritable nom Anatole Le Bras) (2 avril 1859- 20 mars 1926) est un écrivain et un folkloriste français de langue bretonne, mais n’ayant écrit qu’en français. Il est né à Saint-Servais (Côtes-d’Armor). Il est inscrit comme interne au lycée de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor),... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto