Poème 'Messe noire' de Anatole LE BRAZ dans 'Poèmes votifs'

Messe noire

Anatole LE BRAZ
Recueil : "Poèmes votifs"

A Pauline Ménou

Dans la nuit noire, recourbée en nef d’église,
S’inscrivent, par instants, des pâleurs de vitraux
Qu’une clarté de lune intermittente irise :
Un vent religieux frissonne sur les eaux.

Au large de l’Ar-Men solitaire, agonise
L’âme, lente à sombrer, des soirs occidentaux.
Un deuil plane sur les maisons de pierre grise ;
Les orgues de la mer roulent des lamentos.

C’est la messe du Raz, l’office de Ténèbres
Les phares angoissants clignent leurs yeux funèbres,
De tout l’espace monte un sourd Miserere …

Quelqu’un d’ivre, qui dort le front sur une épave,
Tressaille et, rajustant les pans de son ciré,
Se signe, sans savoir pourquoi, d’un geste grave…

Et, sans savoir sur quoi, moi-même j’ai pleuré.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS