Poème 'Sonnets de la Mort – 08 – Voulez-vous voir ce trait qui si roide s’élance' de Jean de SPONDE dans 'Essai de quelques poèmes chrétiens'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jean de SPONDE > Sonnets de la Mort – 08 – Voulez-vous voir ce trait qui si roide s’élance

Sonnets de la Mort – 08 – Voulez-vous voir ce trait qui si roide s’élance

Jean de SPONDE
Recueil : "Essai de quelques poèmes chrétiens"

Voulez-vous voir ce trait qui si roide s’élance
Dedans l’air qu’il poursuit au partir de la main ?
Il monte, il monte, il perd : mais hélas ! tout soudain
Il retombe, il retombe, et perd sa violence.

C’est le train de nos jours, c’est cette outrecuidance
Que ces Monstres de Terre allaitent de leur sein,
Qui baise ores des monts le sommet plus hautain,
Ores sur les rochers de ces vallons s’offense.

Voire, ce sont nos jours : quand tu seras monté
À ce point de hauteur, à ce point arrêté
Qui ne se peut forcer, il te faudra descendre.

Le trait est empenné, l’air qu’il va poursuivant
C’est le champ de l’orage : hé ! commence d’apprendre
Que ta vie est de Plume, et le monde de Vent.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Exaltation fugitive
    -----------------------

    Saisi d’inspiration, le rimailleur s’élance
    En son jardin de vers, et, de sa blanche main,
    Une nouvelle feuille il emplit, tout soudain,
    Sans faire à son esprit la moindre violence.

    Il écrit, sans lourdeur et sans outrecuidance,
    Ce que font les oiseaux dans son petit jardin,
    Ce que voit l’escargot traçant son lent chemin
    Et comment l’araignée prend ses proies sans défense.

    Sur un cheval épique, il n’est jamais monté ;
    Si ça s’était produit, il l’aurait arrêté,
    Déclarant poliment « Pardon ! Je dois descendre. »

    Mais les petits accords qu’il s’en va poursuivant
    Sont pour lui, chaque jour, une occasion d’apprendre ;
    Sous le regard du chat, sous la dictée du vent.

Rédiger un commentaire

Jean de SPONDE

Portait de Jean de SPONDE

Jean de Sponde (Joanes Ezponda, en basque), né en 1557 à Mauléon (Pays Basque) et mort le 18 mars 1595 à Bordeaux, est un poète baroque français. Né dans une famille liée à la cour de Navarre, élevé dans un milieu protestant et austère, brillant élève, il reçoit de Jeanne d’Albret, mère de Henri IV, une bourse... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto