Poème 'La glisse' de ATOS

La glisse

ATOS

Il y a des jours comme ça sur lesquels ça glisse et qui nous font perdre pieds.
Des jours de grands fracas et de tremblantes mains écorchées.
Il y a des matins de regard couché.
Des pas incertains et des bruits étouffés.

Il y a le sentiment de ne pas être né
de n’être de nul part espéré.

Il y a des couloirs et des ponts,
des villes renards et des drôles de lascars,
Des croque-bestioles qui vous enferment dans le noir des placards
qui vous racontent des histoires
où personne n’ira jamais mettre le bout de son nez
des heures de rendez vous blizzard à sans unique à sans égard.

Il y a la monnaie qu’on balance même pas pour le vœu
juste pour partager un mot ou deux et c’est peu.
Il y a ces Noël que d’autres dansent et ces années lumières qu’on a laissé de côté.
Il y a tellement d’images auxquelles ton ombre est venue se confier.

Un peu d’inachevé, un petit peu d’eau salée.
Il y a la route, cette inconnue de fortune,
il y a un sourire qui écoute et qui a dit juste ce qu’il pouvait.

Ce visage, ces mots simples et qui roulent en route et qui sont si beaux d’être vrais.
Il y a comme ça ces heures qu’on aurait jamais du croiser
et puis vient cet instant qui ne peut rien effacer mais qui peut tout te donner.

Il y a un jour comme ça sur ta peau
qui te laisse un baiser et qui te fait tourner la tête
dans le sens où ton coeur recommence à marcher

Des jours de belle chance et de mains enlacées
d’une lumière qui dessine le seul nom que ne peut être inventé.

12.2016

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS