Poème 'Ma belle languissait dans sa funeste couche' de Jean de SPONDE

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jean de SPONDE > Ma belle languissait dans sa funeste couche

Ma belle languissait dans sa funeste couche

Jean de SPONDE

Ma belle languissait dans sa funeste couche
Où la mort ces beaux yeux de leurs traits désarmait,
Et le feu dans sa moëlle allumé consumait
Les lys dessus son front, les roses sur sa bouche.

L’air paraissait autour tout noir des nuits funèbres
Qui des jours de la vie éteignent le flambeau
Elle perdait déjà son corps dans le tombeau,
Et sauvait dans le Ciel son âme des ténèbres.

Toute la terre était de deuil toute couverte
Et son reste de beau lui semblait odieux :
L’âme même sans corps semblait moins belle aux Dieux,
Et ce qu’ils en gagnaient leur semblait une perte.

Je le sus, et soudain mon cœur gela de crainte
Que ce rare trésor ne me fût tout ravi :
S’il l’eût été, je l’eusse incontinent suivi,
Ainsi que l’ombre suit une lumière éteinte.

Notre fortune enfin de toutes parts poussée,
A force de malheur fut prête à renverser
Ma belle en se mourant, et moi pour me presser
Moi-même de ce mal dont elle était pressée.

L’Amour, qui la voyait cruellement ravie,
S’enflamme de colère à voir mourir son feu,
Accourt tout aussitôt, en trouve encore un peu,
L’évente de son aile, et lui donne la vie…

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Jean de SPONDE

Portait de Jean de SPONDE

Jean de Sponde (Joanes Ezponda, en basque), né en 1557 à Mauléon (Pays Basque) et mort le 18 mars 1595 à Bordeaux, est un poète baroque français. Né dans une famille liée à la cour de Navarre, élevé dans un milieu protestant et austère, brillant élève, il reçoit de Jeanne d’Albret, mère de Henri IV, une bourse... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto