Poème 'Mon Sabot de Noël' de Émile NELLIGAN dans 'Émile Nelligan et son œuvre - Tristia'

Mon Sabot de Noël

Émile NELLIGAN
Recueil : "Émile Nelligan et son œuvre - Tristia"

I

Jésus descend, marmots, chez vous,
Les mains pleines de gais joujoux.
Mettez tous, en cette journée,
Un bas neuf dans la cheminée.
Et soyez bons, ne pleurez pas…
Chut ! voici que viennent ses pas.
Il a poussé la grande porte,
Il entre avec ce qu’Il apporte…
Soyez heureux, ô chérubins !
Chefs de Corrège ou de Rubens…
Et dormez bien parmi vos langes,
Ou vous ferez mourir les anges.
Dormez, jusqu’aux gais carillons
Sonnant l’heure des réveillons.

II

Pour nous, fils errants de Bohème,
Ah ! que l’Ennui fait Noël blême !
Jésus ne descend plus pour nous,
Nous avons eu trop de joujoux.
Mais c’est mainte affre nouveau-née
Dans l’infernale cheminée.
Nous avons tant de désespoir
Que notre sabot en est noir.
Les meurt-de-faim et les artistes
N’ont pour tout bien que leurs coeurs tristes.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Émile NELLIGAN

Portait de Émile NELLIGAN

Émile Nelligan (24 décembre 1879 à Montréal – 18 novembre 1941 à Montréal) est un poète canadien (québécois). Disciple du symbolisme, il a été profondément influencé par Octave Crémazie, Louis Fréchette, Charles Baudelaire, Paul Verlaine, Arthur Rimbaud, Georges Rodenbach, Maurice Rollinat et Edgar Allan Poe. Parmi les... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS