Poème 'Nuque d’ancolie' de martineau

Nuque d’ancolie

martineau

Tu m’as plu sous la pluie
quand le vent te voulait,
je n’étais que poulie
que ton fil affolait.

Quand l’orage furieux
faisait tout pour te plaire,
je n’avais que mes yeux
pour égaler l’éclair.

Quand l’ongle fut poli
et la soie déplacée,
ta nuque d’ancolie
était à caresser.

Plus rien n’est interdit
quand nous sommes complets
et que j’approfondis
ta langoureuse plaie.

La lune s’est levée
et s’ouvre comme un œuf :
à croire que rêver
enfante un regard neuf.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

martineau

Image de martineau

Nom : Martineau

Prénom : Philippe

Naissance : 08/04/1957

Présentation : Auteur de recueils (poésie, fable, aphorisme, etc...) au format électronique (PDF, EPUB et KINDLE), disponibles en ligne sur son site Web.

Accéder à sa page de poésie

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS