Poème '06 – Partout la vanité du monde se découvre… [LI à LX]' de Pierre MATTHIEU dans 'Tablettes de la Vie et de la Mort - Seconde partie'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Pierre MATTHIEU > 06 – Partout la vanité du monde se découvre… [LI à LX]

06 – Partout la vanité du monde se découvre… [LI à LX]

Pierre MATTHIEU
Recueil : "Tablettes de la Vie et de la Mort - Seconde partie"

LI.

Partout la vanité du monde se découvre :
Je plains ces beaux esprits charmés de son amour ;
Elle se cache au Temple, elle se montre au Louvre,
Et pour la bien connoître il faut suivre la Cour.

LII.

Par les mauvaises mœurs la nature s’altère,
On n’a pas tout à coup les vertus en dédain,
Le vice est à l’esprit une plante étrangère,
Si on ne la cultive elle flaîtrit soudain.

LIII.

Sous les respects humains l’impiété se couvre,
La terre a plus de prix que le Ciel parmi nous,
Au nom de l’Éternel à peine on se découvre,
Quand on parle des Rois on fléchit les genoux.

LIV.

Du désordre vient l’ordre, et les lois sont sorties
Des excès, des abus : si chacun vivoit bien,
On verroit les Palais sans Juge et sans Parties,
L’on n’y entendroit plus ces deux mots Mien et Tien.

LV.

La chicane aujourd’hui met le peuple en chemise,
La ruse est son bouclier, son idole l’argent :
Le taon perce la toile, et la mouche y est prise,
Le coupable on absout pour punir l’innocent.

LVI.

Rien n’est loyal, le frère à son germain est traître,
Un phatôme est la foi, qui les sots entretient :
L’ami trahit l’ami, le serviteur son maître,
Et le lierre abat le mur qui le soutient.

LVII.

Trahir n’est plus que jeu, l’homme est un loup à l’homme,
Crime n’est plus que rapt, les vices sont vertus,
On souffre les excès de Cypre et de Sodome,
Et à l’impiété tous chemins sont battus.

LVIII.

Aux hommes plus parfaits on trouve que redire ;
Parmi le bien qu’ils font on découvre le mal :
L’or tout pur, ni tout bon, des mines ne se tire,
Il le faut épurer d’un contraire métal.

LIX.

Le mérite autrefois nourrissoit l’amitié,
On la fonde aujourd’hui toute en l’utilité,
La feintise et la fraude y entrent de moitié,
Et toujours sans amis se voit la pauvreté.

LX.

La terre de ton cœur ne peut remplir les angles,
Ton cœur est un triangle, elle un rond tout uni :
Le triangle ne peut s’emplir que de triangles,
L’infini ne se peut rapporter au fini.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Pierre MATTHIEU

Portait de Pierre MATTHIEU

Pierre Matthieu (Pesmes, 1563 – Toulouse, 1621) est un écrivain, poète et dramaturge et historiographe français. Pierre Matthieu fait ses études chez les Jésuites, où il maîtrise rapidement le latin, le grec ancien et l’hébreu. A 19 ans, il sert d’adjoint à son père au collège de Vercel (dans l’actuel... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto