Poème '01 – Cette grandeur des Rois, qui nous semble un Colosse… [I à X]' de Pierre MATTHIEU dans 'Tablettes de la Vie et de la Mort - Seconde partie'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Pierre MATTHIEU > 01 – Cette grandeur des Rois, qui nous semble un Colosse… [I à X]

01 – Cette grandeur des Rois, qui nous semble un Colosse… [I à X]

Pierre MATTHIEU
Recueil : "Tablettes de la Vie et de la Mort - Seconde partie"

I.

Cette grandeur des Rois, qui nous semble un Colosse,
N’est qu’ombre, poudre et vent. L’unique honneur des Rois,
D’une exécrable main meurt dedans son carrosse,
Au temps que l’Univers trembloit dessous ses lois.

II.

Hier tout étoit triomphe, aujourd’hui chacun pleure,
La beauté du matin n’a duré jusqu’au soir :
On a vu vif et mort ce Prince en moins d’une heure,
Ayant bût le hanap de la mort sans le voir.

III.

En ce monde tout branle, il n’y a rien de ferme,
C’est une mer qui n’a sûreté, calme, ni port :
Les Empires, les Lois, les Villes ont leur terme,
Tout ce qui prend naissance est sujet à la mort.

IV.

Le temps va comme un vent, comme un torrent il coule,
Il passe, et rien ne peut l’empêcher de courir :
Qui fait combien de maux en un moment il roule,
Croit que cesser de vivre est cesser de mourir.

V.

L’homme ignore son être au ventre de sa mère,
(Ruse de la Nature) ayant quelque raison,
Il connoîtroit qu’au monde il n’y a que misère,
Et feroit son tombeau dedans cette prison.

VI.

On meurt le même jour que l’on commence à naître
On s’oblige au naufrage entrant en ce bateau :
Naître et mourir n’est qu’un, l’être n’est qu’un non-être,
II n’y a qu’un soupir de la table au tombeau.

VII.

La vie est un éclair, une fable, un mensonge,
Le souffle d’un enfant, une peinture en l’eau,
Le songe d’un qui veille, et l’ombre encor d’un songe,
Qui de vaines vapeurs lui brouille le cerveau.

VIII.

Cette vie aux échecs proprement se rapporte,
Autant de place y tient le Pion que le Roi :
L’un saute, l’autre court, l’un surprend, l’autre emporte,
Les noms sont distingués, et tout n’est que du bois.

IX.

La mort, l’exil, la peur, la douleur de l’envie,
Et tant de maux qui sont plutôt vus que pensés,
Ne font pas peines : non, mais tributs de la vie :
Les Rois ni les Bergers n’en sont pas dispensés.

X.

Par les mystères saints la mort n’est divertie
D’attaquer les plus grands, même devant l’Autel :
Henri de Luxembourg meurt en prenant l’Hostie,
Et Victor boit la mort au Calice immortel.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Pierre MATTHIEU

Portait de Pierre MATTHIEU

Pierre Matthieu (Pesmes, 1563 – Toulouse, 1621) est un écrivain, poète et dramaturge et historiographe français. Pierre Matthieu fait ses études chez les Jésuites, où il maîtrise rapidement le latin, le grec ancien et l’hébreu. A 19 ans, il sert d’adjoint à son père au collège de Vercel (dans l’actuel... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto