Poème '02 – Le fruit sur l’arbre prend sa fleur, et puis se nouë… [XI à XX]' de Pierre MATTHIEU dans 'Tablettes de la Vie et de la Mort - Première partie'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Pierre MATTHIEU > 02 – Le fruit sur l’arbre prend sa fleur, et puis se nouë… [XI à XX]

02 – Le fruit sur l’arbre prend sa fleur, et puis se nouë… [XI à XX]

Pierre MATTHIEU
Recueil : "Tablettes de la Vie et de la Mort - Première partie"

XI.

Le fruit sur l’arbre prend sa fleur, et puis se nouë,
Se nourrit, se meurit, et se pourrit enfin :
L’homme naît, vit et meurt, voila sur quelle rouë
Le temps conduit son corps au pouvoir du destin.

XII.

Cette vie est un arbre, et les fruits sont les hommes,
L’un tombe de soi-même, et l’autre est abattu,
Il se dépouille enfin des feuilles et des pommes,
Avec le même temps qui l’en a revêtu.

XIII.

La vie est une table, où pour jouer ensemble
On voit quatre joueurs : le temps tient le haut bout,
Et dit passé, l’Amour fait de son reste et tremble,
L’homme fait bonne mine, et la Mort tire tout.

XIV.

La vie que tu vois n’est qu’une Comédie,
Où l’un fait le César, et l’autre l’Arlequin :
Mais la Mort la finit toujours en Tragédie,
Et ne distingue point l’Empereur du Faquin.

XV.

La vie est une guerre étrangère et civile,
L’homme a ses ennemis et dedans et dehors :
Pour conserver le sort, la Mort abat la Ville,
Et pour sauver l’esprit elle détruit le corps.

XVI.

Le Monde est une mer, la Galère est la vie,
Le Temps est le Nocher, l’espérance le Nort,
La Fortune le vent, les Orages l’envie,
Et l’Homme le forçat qui n’a port que la Mort.

XVII.

Volontiers je compare au Parlement le Monde,
Où souvent l’équité succombe sous le tort,
Où sur un pied de mouche un incident on fonde,
Et où l’on ne peut rien contre un Arrêt de mort.

XVIII.

Le monde est de l’humeur d’une belle maîtresse,
Qui fait plus de jaloux qu’elle ne fait d’amis.
Elle dédaigne l’un et l’autre elle caresse,
Et ne tient jamais rien de ce qu’elle a promis.

XIX.

La saveur de la vie est la Sphère de verre,
Où Archimède mit les Astres et les Cieux,
Aussi belle que frêle, un léger coup de pierre
Ôta tout le plaisir qu’elle donnoit aux yeux.

XX.

Cet honneur t’altérant d’une soif d’hydropique,
En pensant l’avaler t’étrangle bien souvent:
C’est un ballon enflé, la Mort vient et le pique,
Et te fait confesser que ce n’est que du vent.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. c super jolie quoi que un peu famillier sur certains passage mais au combien vrai; Bravo!!

Rédiger un commentaire

Pierre MATTHIEU

Portait de Pierre MATTHIEU

Pierre Matthieu (Pesmes, 1563 – Toulouse, 1621) est un écrivain, poète et dramaturge et historiographe français. Pierre Matthieu fait ses études chez les Jésuites, où il maîtrise rapidement le latin, le grec ancien et l’hébreu. A 19 ans, il sert d’adjoint à son père au collège de Vercel (dans l’actuel... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto