Poème 'Pré-Parisianisme' de PhulanKile

Pré-Parisianisme

PhulanKile

Horrible Paris décrépi
JE te subjectivise de mon triste mépris
Il est quatre heures et quart de l’après midi
Une sombre lumière émane déjà de mon esprit

Paysage brumeux et gris
De ce gris invisible de l’hiver qui gémit
de froid, le jour comme la nuit
Dans ces rues engorgées les sans-logis
Poussent les râles des agonisants et d’humides cris
Ceux que l’ON n’entend plus, du haut des douillets nids

Vite, vite la douceur électrique
Chaleur et lumières féeriques
Devant ce morne paysage froid et romantique
Raclant la cornée oculaire d’un sentiment traumatique
Rendant un quelconque Spleen à ma douce trique

L’heure avance où la sinistre cité
Engloutira de sa plus grande promiscuité
Et l’étant et l’ayant dans une même soirée
Où nul n’eut pu en réchapper
Tous morts à présent
Et toujours la voie lactée
Où vit la matérialité du Temps

14 frimaire 213

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS