Poème 'Pretentaine' de ibn-nanard

Pretentaine

ibn-nanard

Il avait dépassé de loin la cinquantaine
Ne croyait plus aux fées ni au croque-mitaine
Et dans son nid douillet il lisait plutôt Taine
Mais il courait toujours, toujours la prétentaine
Le guilledou

Aux froidures d’hiver il mettait ses mitaines
Des pichets de vin doux composaient sa fontaine
Du navire hauturier il était capitaine
Mais des filles…oh la la! il en draguait certaines
Fieffé filou

Il portait toujours beau, la flamberge hautaine,
Malgré qu’il eut mis ses cheveux en quarantaine
Il faisait du vélo en des courses lointaines,
Mais ses galanteries n’étaient pas puritaines
Ah! pas du tout

Un jour il rencontra une napolitaine
Qui lui mit le grappin à peine sous huitaine
Il chanta mironton, mironton mirontaine
Il avait retrouvé dans son coeur la trentaine
Mais filait doux.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

ibn-nanard

Image de ibn-nanard

Nom : de Monès

Prénom : Bernard

Naissance : 28/11/1945

Présentation : 66 ans, à la retraite, vivant à Damas en Syrie, pratique la lecture-écriture, c'est à dire que je ne lis pas sans écrire, et qu'avec tous mes cahiers remplis j'arrive à écrire moi-même. Je...

Accéder à sa page de poésie

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS