Poème 'Quarante ans' de Bernard DIMEY dans 'Je ne dirai pas tout'

Quarante ans

Bernard DIMEY
Recueil : "Je ne dirai pas tout"

Quarante ans, quarante ans, mais c’est le bout du monde !
Je me suis dit cela, c’était à peine hier,
Et voilà qu’aujourd’hui c’est question de secondes…
Quarante ans, pas déjà… Sinon à quoi ça sert
D’avoir eu dix-huit ans, des cerises à l’oreille
Et des fleurs aux cheveux, d’avoir tout espéré ?
L’amour à lui tout seul était une merveille,
Et puis le temps passait, dont je n’ai rien gardé.

Quarante ans, quarante ans, c’est presque ridicule…
Je n’ai rien fait du tout, sinon quelques erreurs.
L’innocent que j’étais, je le vois qui recule.
Il peut bien s’en aller, je le connais par coeur,
Je le connais déjà depuis quarante années,
De face et de profil, en noir et en couleur,
Et ses anges gardiens, et ses âmes damnées,
Je sais ce qui l’enchante et qui lui fait peur…

Quarante ans, quarante ans, non ce n’est pas possible,
Pas aujourd’hui, demain, une semaine ou deux…
Hier on me traitait encore d’enfant terrible !
Comment aurais-je fait pour être déjà vieux ?
Quarante ans, oui, déjà… C’est beaucoup pour mon âge.
Pauvre petit jeune homme, on a des cheveux gris,
On est un peu morose, on va devenir sage,
On n’a pas fait grand chose et l’on n’a rien compris…

À quarante ans passés, la jeunesse commence,
Je vais me répéter ces mots-là tous les jours,
Je vais déambuler en pleine adolescence,
Perdre mes illusions, réinventer l’amour…
Quarante ans, quarante ans, c’est l’âge du bonheur,
Pour l’homme que je suis, c’est l’âge des victoires,
Et j’ai tout ce qu’il faut pour faire un beau vainqueur,
Mais… déjà quarante ans, je n’ose pas y croire.

Poème préféré des membres

ATOS, VVAL et francois ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. Homme de soixante ans
    -----------------------------

    On n'est pas sérieux quand on a soixante ans :
    Surtout quand on n'est pas, hélas, devenu sage ;
    Que l'on reste immature à l'orée du grand âge,
    Que l'on ne sait à quoi fut gaspillé son temps.

    L'homme de soixante ans n'est plus un débutant,
    Il a compris qu'il est un oiseau de passage ;
    Qu'il ne lui reste plus de longs jours en partage,
    Et qu'il lui faut cesser de se croire important.

    Si l'on vient me parler de vivre et rajeunir
    Je sais qu'il ne faut point engager l'avenir
    Qui n'est chargé que d'une et fatale promesse.

    L'homme de soixante ans, qu'ornent des cheveux gris,
    Assez souvent, quand même, on le voit qui sourit,
    Retrouvant des amis du temps de sa jeunesse.

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS