Poème 'Si Monseigneur voulait' de Bernard DIMEY dans 'Poèmes voyous'

Si Monseigneur voulait

Bernard DIMEY
Recueil : "Poèmes voyous"

Si Monseigneur l’évêque voulait bien racheter
Le bordel clandestin de la rue Saint-Antoine.
Et le petit bistrot qui se trouve à côté,
Ça ferait bien plaisir à monsieur le Chanoine.
L’archiprêtre a besoin de… ce que vous savez.
Il n’est plus temps pour lui de changer d’habitude,
Il se confesse après, trois Pater trois Ave,
N’empêch’ que les bonn’ dames trouv’nt la chose un peu rude.

Si Monseigneur l’évêque pouvait envisager
D’acquérir en sous-main l’endroit que j’lui signale,
Il pourrait apaiser les besoins du clergé
En tout’ sécurité, à l’abri du scandale
Madam’ de Saint-Laurent a mis les choses au point.
Si je vends mon bordel à Monseigneur l’évêque,
Mes p’tites en s’ront ravies, ell’s en prendront bien soin !
Qu’il vienn’ bouffer chez moi, dimanche, avec un chèque !

Si seul’ment je pouvais convaincre Monseigneur,
J’en serais si content pour notre bon Chanoine
Et pour tous ces messieurs, je les connais par coeur.
Achetez le bordel de la rue Saint-Antoine,
Le personnel est bien, les locaux sont repeints,
Y’a pas d’morte saison, que Monseigneur se l’dise !
Et ces petites, au fond, faut bien qu’ell’ gagn’t leur pain,
Il vaut mieux que ce soit dans le giron d’l’Église.

Poème préféré des membres

ATOS a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Dupanloup à Rome
    ---------------------------

    Dupanloup n’était point le plus célibataire.
    Un cardinal, chez lui ne trouvant qu’un seul lit,
    Interroge une dame, et celle-ci lui dit :
    « C’est (que Dieu nous bénisse) un lit communautaire. »

    Le nonce au pape Pie va conter ce mystère ;
    Dupanloup au courrier reçoit un bel édit
    Où, par l’autorité dont il est investi,
    Pie le convoque à Rome, à fins disciplinaires.

    Dupanloup s’inquiéta : « Dois-je plaider coupable ? »
    Par chance il rencontre un cardinal secourable
    Qui dit : « Une moniale est avec Pie au pieu. »

    Félix va dans la chambre et dit à Pie : « Ma femme
    Envoie tous ses respects à votre noble dame. »
    La nonne crie « Pour qui se prend-elle, mon Dieu ! »

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS