Poème 'Souvent le coeur qu’on croyait mort…' de Cécile SAUVAGE dans 'Mélancolie'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Cécile SAUVAGE > Souvent le coeur qu’on croyait mort…

Souvent le coeur qu’on croyait mort…

Cécile SAUVAGE
Recueil : "Mélancolie"

Souvent le coeur qu’on croyait mort
N’est qu’un animal endormi ;
Un air qui souffle un peu plus fort
Va le réveiller à demi ;
Un rameau tombant de sa branche
Le fait bondir sur ses jarrets
Et, brillante, il voit sur les prés
Lui sourire la lune blanche.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Mais non, Saint Éloi n'est pas mort,
    Car son désir n'est qu'endormi.
    Le saint se montrera plus fort
    En s'éveillant plus qu'à demi ;

    Tu verras qu'il a de la branche,
    De la tenue et du jarret,
    Et qu'il peut danser, sans arrêt,
    Te procurant une nuit blanche.

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS