Poème 'Sur son album' de Jules BARBEY D'AUREVILLY dans 'Poussières'

Sur son album

Jules BARBEY D'AUREVILLY
Recueil : "Poussières"

À Armance.

Vous voulez donc que sur la blanche page,
Fruits d’un arbre flétri, soient écrits quelques vers ?
Oh ! pourquoi votre cœur n’a-t-il pas pour image
Ces candides feuillets à mes regrets ouverts !
J’essaierais d’y tracer peut-être avec délices
Le doux mot qu’en raillant vous dites chaque jour ;
Mais votre cœur, hélas ! est si plein de caprices
Que la place y manque à l’amour !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Voyant que le papier a la blancheur du cygne,
    Le poète y dépose une noirceur d'enfer ;
    Il s'applique à tracer vaillamment chaque signe,
    Sachant qu'il est jugé sur chacun de ses vers.

    L'album garde ces mots en trésorier fidèle,
    Les lecteurs de demain pourront en hériter.
    Rimeur, fais attention aux formules cruelles
    Que tu graves ici pour la postérité.

Rédiger un commentaire

Jules BARBEY D'AUREVILLY

Portait de Jules BARBEY D'AUREVILLY

Jules Barbey d’Aurevilly, (Saint-Sauveur-le-Vicomte, en Normandie, 2 novembre 1808 – Paris, 23 avril 1889) est un écrivain français ; surnommé le « Connétable des lettres », il a contribué à animer la vie littéraire française de la seconde moitié du XIXe siècle. Il a été à la fois romancier, nouvelliste, poète, critique... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto