Poème 'Tu t’en vas' de Jules BARBEY D'AUREVILLY dans 'Poussières'

Tu t’en vas

Jules BARBEY D'AUREVILLY
Recueil : "Poussières"

À ***

Tu t’en vas, — ce n’est pas ta faute.
Tu le crois ton Destin. Il part, et tu le suis…
Le cœur navré, dont un jour tu fus l’hôte,
Sait trop que ce n’est pas ta faute
Et te pardonne, si tu fuis.

Va ! je sais trop comme s’achève
Le rêve que les cœurs épris font ici-bas.
Je sais trop ce que c’est qu’un rêve,
Et fût-il beau, comme il s’achève,
Pour t’en vouloir, — et je ne t’en veux pas !

Mais du moins va-t’en de ma vie !
Puisque tu dois partir, ne reviens plus jamais !
Laisse-moi t’oublier. Oublie…
Et puisque tu ne m’as rien donné d’une amie,
Emporte avec toi mes regrets !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Jules BARBEY D'AUREVILLY

Portait de Jules BARBEY D'AUREVILLY

Jules Barbey d’Aurevilly, (Saint-Sauveur-le-Vicomte, en Normandie, 2 novembre 1808 – Paris, 23 avril 1889) est un écrivain français ; surnommé le « Connétable des lettres », il a contribué à animer la vie littéraire française de la seconde moitié du XIXe siècle. Il a été à la fois romancier, nouvelliste, poète, critique... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto