Poème 'À Valognes' de Jules BARBEY D'AUREVILLY dans 'Poussières'

À Valognes

Jules BARBEY D'AUREVILLY
Recueil : "Poussières"

Ex imo.

….. C’était dans la ville adorée
Sarcophage pour moi des premiers souvenirs,
Où tout enfant j’avais, en mon âme enivrée
Rêvé ces bonheurs fous qui restent des désirs !
C’était là… qu’une après-midi, dans une rue,
Dont un soleil d’août, de sa lumière drue,
Frappait le blanc pavé désert, ? qu’elle passa,
Et qu’en moi, sur ses pas, tout mon cœur s’élança !
Elle passa, charmante à n’y pas croire,
Car ils la disent laide ici, ? stupide gent !
Tunique blanche au vent sur une robe noire,
Elle était pour mes jeux comme un vase élégant
Incrusté d’ébène et d’ivoire !
Je la suivis… ? Ton cœur ne t’a pas dit tout bas

Que quelqu’un te suivait, innocente divine,
Et mettait… mettait, pas pour pas,
Sa botte où tombait ta bottine ?…
Qui sait ? Dieu te sculpta peut-être pour l’amour,
Ô svelte vase humain, élancé sur ta base !
Pourquoi donc n’es-tu pas, ô Vase !
L’urne de ce cœur mort que tu fis battre un jour !

Août 1875.

Poème préféré des membres

guillaumePrevel a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Jules BARBEY D'AUREVILLY

Portait de Jules BARBEY D'AUREVILLY

Jules Barbey d’Aurevilly, (Saint-Sauveur-le-Vicomte, en Normandie, 2 novembre 1808 – Paris, 23 avril 1889) est un écrivain français ; surnommé le « Connétable des lettres », il a contribué à animer la vie littéraire française de la seconde moitié du XIXe siècle. Il a été à la fois romancier, nouvelliste, poète, critique... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto