Poème 'Trève' de Charles VILDRAC dans 'Chants du désespéré'

Trève

Charles VILDRAC
Recueil : "Chants du désespéré"

Blanc matin de décembre où rêve
Un peu la grâce printanière.

Ces loques lourdes d’eau s’élèvent
Aux longs élans d’un vent attiédi.
Le coeur transi se gonfle aussi.

Le grand voile du ciel voyage
Et les gouttes fines et rares
Qu’il abandonne dans sa hâte
Sont agréables à mon front.

Ah ! depuis que je suis un homme
J’en ai vécu, de tels matins !
Et je me chante un de ces airs
Que je connais depuis longtemps;

Un credo vigoureux et tendre,
Un chant dont a besoin mon coeur,

Qui s’accorde une trêve aussi
Pour étroitement réunir
A ce matin ceux de naguère ;
Et pour oublier que je suis
Dans le deuil et dans la guerre.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Charles VILDRAC

Portait de Charles VILDRAC

Charles Vildrac, né Charles Messager le 22 novembre 1882 dans le 5e arrondissement de Paris et mort le 25 juin 1971 à Saint-Tropez, est un poète et dramaturge français. Il fonda avec Georges Duhamel le groupe de l’Abbaye, une expérience communautaire en bord de Marne ouverte aux artistes (1906-1908). Charles Vildrac naît au... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS