Poème 'La petite maison' de Charles VILDRAC

La petite maison

Charles VILDRAC

Sur le versant de la montagne,
A mi-hauteur, on aperçoit
Une petite maison toute seule.
D’ici, elle semble accrochée
A un pan de muraille nue,
Et le soir, on voit sa lumière
Agoniser sous le poids de la nuit.
- Ah ! comment peut-on vivre là ?
T’exclames-tu en frissonnant.
Moi, je ne connais pas l’endroit
Mais je sais bien que la montagne
N’a pas, pour qui gravit ses pentes,
Ce visage fermé qu’on voit de loin.
Moi, je sais bien qu’elle est vêtue
De fenouil, de myrte et de menthe,
De romarin, de lavande et de thym ;
Et que sa cime se recule
A mesure qu’on va vers elle
Et que son flanc parfois se creuse
Offrant un sûr et calme asile.
Je sais qu’il y a un mûrier,
Des amandiers, des pins, des chênes,
Un tapis d’herbe et deux chevrettes
Derrière la petite maison.
Et devant elle, une terrasse
Avec son banc et sa table de pierre
Où des gens, après leur travail,
Dans l’air doré du crépuscule,
Boivent frais le vin de leur vigne.

Poème préféré des membres

JuCharline83 a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Charles VILDRAC

Portait de Charles VILDRAC

Charles Vildrac, né Charles Messager le 22 novembre 1882 dans le 5e arrondissement de Paris et mort le 25 juin 1971 à Saint-Tropez, est un poète et dramaturge français. Il fonda avec Georges Duhamel le groupe de l’Abbaye, une expérience communautaire en bord de Marne ouverte aux artistes (1906-1908). Charles Vildrac naît au... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS