Poème 'Vue' de Paul VALÉRY dans 'Album de vers anciens'

Vue

Paul VALÉRY
Recueil : "Album de vers anciens"

Si la plage planche, si
L’ombre sur l’oeil s’use et pleure
Si l’azur est larme, ainsi
Au sel des dents pure affleure

La vierge fumée ou l’air
Que berce en soi puis expire
Vers l’eau debout d’une mer
Assoupie en son empire

Celle qui sans les ouïr
Si la lèvre au vent remue
Se joue à évanouir
Mille mots vains où se mue

Sous l’humide éclair de dents
Le très doux feu du dedans.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. le premier vers semble défectueux :
    je lis, ailleurs : "si la plage penche"
    - ce qui me paraît plus sensé...
    (ou bien : existe-t-il deux versions ?
    valéry a repris, et corrigé, l'Album -
    mais franchement, "si la plage planche",
    pour moi, ça ne veut rien dire...)

  2. oui effectivement ce vers m'a toujours interrogé quant au sens; il eut été bon en effet de dire "si la plage penche" ou "si la plage blanche" à moins qu'il y ait là une comparaison de la plage avec une planche ???peut-être que quelqu'un a une explication au vers de Valéry ...assez énigmatique...

  3. à moins encore qu'il s'agisse du verbe "plancher" ???

Rédiger un commentaire

Paul VALÉRY

Portait de Paul VALÉRY

Ambroise Paul Toussaint Jules Valéry est un écrivain, poète, philosophe et épistémologue français, né à Sète (Hérault) le 30 octobre 1871 et mort à Paris le 20 juillet 1945. Né d’un père d’origine corse et d’une mère génoise, Paul Valéry entame ses études à Sète (alors orthographiée Cette) chez les... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS