Poème 'Les Grenades' de Paul VALÉRY dans 'Charmes'

Les Grenades

Paul VALÉRY
Recueil : "Charmes"

Dures grenades entr’ouvertes
Cédant à l’excès de vos grains,
Je crois voir des fronts souverains
Éclatés de leurs découvertes!

Si les soleils par vous subis,
Ô grenades entre-bâillées
Vous ont fait d’orgueil travaillées
Craquer les cloisons de rubis,

Et que si l’or sec de l’écorce
À la demande d’une force
Crève en gemmes rouges de jus,

Cette lumineuse rupture
Fait rêver une âme que j’eus
De sa secrète architecture.

Poème préféré des membres

JulienALBESSARD a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Dame de la lune verte
    ----------------

    -- Maîtresse de la verte lune,
    Impératrice des chagrins,
    Qui voudras-tu pour souverain ?
    Pour qui, cette bonne fortune ?

    -- J’ai choisi le vent de la dune
    Qui d’herbe m’offrit quelques brins,
    Et de blé, même, quelques grains ;
    Nous vivrons auprès des lagunes.

    -- Mais si le chêne à rude écorce
    Te fait hommage de sa force,
    Ton coeur en sera-t-il ému ?

    -- Non, je me n’aime pas les ruptures
    Que par son caprice on endure,
    Ainsi qu’il advint, quand il m’eut.

Rédiger un commentaire

Paul VALÉRY

Portait de Paul VALÉRY

Ambroise Paul Toussaint Jules Valéry est un écrivain, poète, philosophe et épistémologue français, né à Sète (Hérault) le 30 octobre 1871 et mort à Paris le 20 juillet 1945. Né d’un père d’origine corse et d’une mère génoise, Paul Valéry entame ses études à Sète (alors orthographiée Cette) chez les... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS