Poème 'Vue du port' de jorgevalour

Vue du port

jorgevalour

Porter loin, si loin,
Des lunes d’argent berbère liées à mes poignets
Des perles à l’Orient d’or en rondes à mon cou
Des robes de Mossoul nouées blanches à ma taille
Et du cuir de Cordoue pour alléger mes pas…

Me porter loin, si loin,
Vers les diamants des cimes coupant le ciel bleu,
Au devant des chahuts, vertiges des eaux vives,
Aux marches érodées creusées au flanc des rives…

M’emporter loin, si loin,
Dans le chant des galets remerciant les marées,
Sur les crêtes blanches mouchetant l’océan,
Vers les coeurs battant vifs des ailes des palmiers.*

Le soir patientera,
La nuit nous attendra
Le temps se chargera,
ralentira, s’épaissira
Pour nous étourdir
de Tout.

* oiseaux du bord de mer


Nouméa 20 avril 2015

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

jorgevalour

Image de jorgevalour

Nom : VALOUR_PRALONG

Prénom : JORGE ANNE-MARIE

Naissance : non renseigné

Présentation : non renseigné

Accéder à sa page de poésie

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS