Poème 'Généalogie philosophale' de Jacques PREVEL dans 'Invectives'

Généalogie philosophale

Jacques PREVEL
Recueil : "Invectives"

I

Je suppose qu’il existe des individus d’une espèce
sans espèce
Des individus bien mis et d’une haute et certaine
renommée
Et je les salue ces hommes qui constatent nos
malheurs
Qui participent à nos malheurs
Et même qui nous aident à supporter nos malheurs
Il ne leur en coûte rien sans doute de se croire des
mécènes
De se croire des hommes prédestinés par les augures
Hommes assez bas pour se permettre une renommée
de pacotille
Quand cette renommée est une pacotille de légende
Il n’y a qu’un pas il y a si peu de choses
Et je dis que ces hommes sont des gens bien mis et
de haute filiation
Généalogie philosophale dogme et rituel

II

Je dis qu’ils sont des gens bien nés et de haute race
De la race policière et méprisante des bulldogs
Le pauvre animal qui n’est responsable en rien
De la face simiesque de ces génies
Ce qu’ils se croient pour leur repos
Ces mécènes ces hommes de haute renommée
Ces hommes qui participent à nos malheurs
Se reconnaîtront-ils ces ratés de génie
Se reconnaîtront-ils ces flaireurs de vent
Se reconnaîtront-ils ces hommes qui mettent aux
enchères nos larmes et nos amours
Se reconnaîtront-ils ces hommes à la voix téléphonique
Secrétaire de la bassesse et de la suffisance
Se reconnaîtront-ils ces hommes que je mets aux
enchères

III

Et rue des Prouvaires aujourd’hui treize juillet
onze heure
Ils me semblent à moi ces hommes destinés à
régenter nos misères
Ils ne me semblent que des fantoches des cabotins
des squelettes
Je les mets aux enchères dans un pas de danse

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS