Poème 'Pas même la folie d’être ivre' de guillaumePrevel

Accueil > Les membres > Page de poésie de guillaumePrevel > Pas même la folie d’être ivre

Pas même la folie d’être ivre

guillaumePrevel

Alors par des rêves étranges
Je me vois suspendu au plafond de la chambre
Où brûlent des cônes d’encens aux couleurs d’ambre
Et où dort un gros chat aux yeux de démon que rien ne dérange

Tout est bizarre, mystérieux en ce soir
Les effluves du narguilé montent en volute de fumée
Blanches d’un vieux tube à moitié dévoré
L’heure est à la mélancolie et au désespoir

Les sens s’éteignent un à un
Comme la flamme des bougies qu’un éteignoir
Emporte dans la tristesse et le noir

Tout est silence, tout est absence
Solitude, abandon que rien ne délivre
Pas même la folie d’être ivre.

24 Novembre 2017

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS