Poème 'À l’envers de ma porte' de Louise de VILMORIN dans 'Fiançailles pour rire'

À l’envers de ma porte

Louise de VILMORIN
Recueil : "Fiançailles pour rire"

Ma peur bleue, ma groseille,
L’amour est une abeille
Qui me mange le cœur
Et bourdonne à ma bouche
Que tu nourris et touches
Des baisers du malheur.

Mon ange sans oreilles,
Ma peur bleue, ma groseille,
Ne viendras-tu jamais
À l’envers de ma porte ?
Es-tu de cette sorte
Ange sourd et muet ?

Tes mains sans teint, polies
Au jeu de tes folies,
Se mouillent à mes yeux
Et tu ris de ces fleuves
Où naviguent mes vœux
Parmi tes robes neuves.

Ne me donneras-tu
Que ton chapeau pointu
À porter ma sorcière,
Et nul autre baiser
Que ces nids de danger
Et ces ruches entières ?

Ne me permets-tu pas
De t’enlever tes bas
À l’envers de ma porte ?
Je veux voir tes pieds nus
Et les abeilles mortes
Du bonheur revenu.

Mon ange sans oreilles,
Ma peur bleue, ma groseille
Posée sur mes désirs,
Ma chambre est grande ouverte
Que coupe l’allée verte
Par où tu dois venir.

Ma peur bleue, ma groseille,
Viens à fleur de mes veilles
Et que tombe le jour
À l’envers de ma porte.
Et que le vent emporte
Le chemin du retour

1939

Poème préféré des membres

ATOS et pasquelinpoete ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. Le vent aime toucher des feuilles,
    Qu’elles soient d’orme ou de bouleau;
    Il lui suffit que l’arbre veuille
    De l’amour qu’il déverse à flots.
    *
    Le vent est déjà marié
    Chez lui à un beau pâturage,
    Mais ses plaisirs veut varier
    Avant d’atteindre le grand âge.
    *
    L’arbre souvent adore ça,
    Qu’on vienne lui chanter chansons,
    Et longtemps du vent qui passa
    Se remémore le frisson.
    *
    C’est d’ennui que le vent soupire
    Aux branches de bois frémissant,
    Et quelques jours plus tard, c’est pire,
    Ils sont tous les deux languissants.
    *
    S’il ne tenait à ses racines,
    L’arbre serait parti ailleurs;
    Et cet ennui qui l’assassine
    Lui fait dire des mots railleurs.
    *
    Alors le vent, plein de colère,
    Couche cet arbre brusquement:
    Ce qui a cessé de nous plaire
    Cause notre ressentiment.
    *
    Un arbre à terre, d’autres restent
    Qui désirent un coup de vent,
    Qui pas encore ne détestent
    Ces caresses d’un bon vivant.
    *
    Prenez garde, arbres qui se bercent
    Au souffle du vent amoureux…
    Vous tomberez à la renverse
    Et vous en serez malheureux.

  2. Parfois la tourmente et la bourrasque
    Viennent enivrer le rêve fantasque _
    Parfois le vent amoureux
    Rend aussi heureux -

Rédiger un commentaire

Louise de VILMORIN

Portait de Louise de VILMORIN

Louise Levêque de Vilmorin, dite Louise de Vilmorin, est une écrivaine française née le 4 avril 1902 à Verrières-le-Buisson (Essonne) où elle est morte le 26 décembre 1969. Née dans le château familial d’une célèbre famille de botanistes et grainetiers, elle se fiance en 1923 à Antoine de Saint-Exupéry mais épouse... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS