Poème 'En vain mille beautez à mes yeux se presentent' de Jean de SPONDE dans 'Les Amours'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jean de SPONDE > En vain mille beautez à mes yeux se presentent

En vain mille beautez à mes yeux se presentent

Jean de SPONDE
Recueil : "Les Amours"

En vain mille beautez à mes yeux se presentent,
Mes yeux leur sont ouvers et mon courage clos,
Une seule beauté s’enflamme dans mes os
Et mes os de ce feu seulement se contentent:
Les vigueurs de ma vie et du temps qui m’absentent
Du bien-heureux sejour où loge mon repos,
Alterent moins mon ame, encor que mon propos
Et mes discrets desirs jamais ne se repentent.
Chatouilleuses beautez, vous domptez doucement
Tous ces esprits flotans, qui souillent aisement
Des absentes amours la chaste souvenance:
Mais pour tous vos efforts je demeure indompté:
Ainsi je veux servir d’un patron de constance,
Comme ma belle fleur d’un patron de beauté.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Jean de SPONDE

Portait de Jean de SPONDE

Jean de Sponde (Joanes Ezponda, en basque), né en 1557 à Mauléon (Pays Basque) et mort le 18 mars 1595 à Bordeaux, est un poète baroque français. Né dans une famille liée à la cour de Navarre, élevé dans un milieu protestant et austère, brillant élève, il reçoit de Jeanne d’Albret, mère de Henri IV, une bourse... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto