Poème 'Aubade chantée à Laetare l’an passé' de Guillaume APOLLINAIRE dans 'Alcools'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Guillaume APOLLINAIRE > Aubade chantée à Laetare l’an passé

Aubade chantée à Laetare l’an passé

Guillaume APOLLINAIRE
Recueil : "Alcools"

C’est le printemps viens-t’en Pâquette
Te promener au bois joli
Les poules dans la cour caquètent
L’aube au ciel fait de roses plis
L’amour chemine à ta conquête

Mars et Vénus sont revenus
Ils s’embrassent à bouches folles
Devant des sites ingénus
Où sous les roses qui feuillolent
De beaux dieux roses dansent nus

Viens ma tendresse est la régente
De la floraison qui paraît
La nature est belle et touchante
Pan sifflote dans la forêt
Les grenouilles humides chantent

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. C’est un printemps d'humeur frisquette,
    Mets donc ton lainage joli,
    Prends ton écharpe et ta casquette,
    Il pleut, ça ne fait pas un pli,
    Nos pieds vont tacher la moquette.

    Les escargots sont revenus
    Ils dévorent à bouches folles,
    Braves mollusques ingénus,
    Allant, de leur démarche molle,
    Vers des ombrages inconnus.

    Viens, cette averse est la régente
    De la flaque d'eau qui paraît ;
    La froidure est belle et touchante,
    Car il flotte dans la forêt
    Pour les grenouilles ruisselantes.

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto