Poème 'Saltimbanques' de Guillaume APOLLINAIRE dans 'Alcools'

Saltimbanques

Guillaume APOLLINAIRE
Recueil : "Alcools"

A Louis Dumur.

Dans la plaine les baladins
S’éloignent au long des jardins
Devant l’huis des auberges grises
Par les villages sans églises

Et les enfants s’en vont devant
Les autres suivent en rêvant
Chaque arbre fruitier se résigne
Quand de très loin ils lui font signe

Ils ont des poids ronds ou carrés
Des tambours des cerceaux dorés
L’ours et le singe animaux sages
Quêtent des sous sur leur passage

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. il ni a pas les dates des poèmes :- (

  2. ... mais ils sont bien orthographiés en général, contrairement à beaucoup de commentaires («il N'Y a pas les dates des poèmes») c'est déjà ça !

  3. J'ai fait venir des baladins
    Pour présenter dans mon jardin,
    Au-dessus de la ville grise,
    Un drame avec des gens d'Église

    Pleins de vertu (sur le devant)
    Et de turpitudes rêvant ;
    Le peuple autour d'eux se résigne
    À leur dévergondage insigne,

    Leur prêtant de grands lits carrés
    Ainsi que de beaux draps dorés.
    Les gens du commun, qui sont sages,
    Prennent un pourboire au passage.

  4. Bonjour le poème 'Saltimbanque' est la poésie que je dois apprendre à l'école. Elle est compliquer à dira mais elle est très belle.

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto