Poème 'Hôtels' de Guillaume APOLLINAIRE dans 'Alcools'

Hôtels

Guillaume APOLLINAIRE
Recueil : "Alcools"

La chambre est veuve
Chacun pour soi
Présence neuve
On paye au mois

Le patron doute
Payera-t-on
Je tourne en route
Comme un toton

Le bruit des fiacres
Mon voisin laid
Qui fume un âcre
Tabac anglais

Ô La Vallière
Qui boite et rit
De mes prières
Table de nuit

Et tous ensemble
Dans cet hôtel
Savons la langue
Comme à Babel

Fermons nos Portes
À double tour
Chacun apporte
Son seul amour

Poème préféré des membres

MilleCheck et Automnale ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. fait-il référence à l'hotel qu'il n'avait pas réussi à payer ?

  2. Ce poème est vraiment étrange, en tout cas je ne vois pas ce qu'il a de passionant! Et puis ça ne veut rien dire, franchement Guillaume APOLLINAIRE n'avait rien d'autre à faire le jour ou il a écrit ce poème!!!

  3. C'est vraiment poétique! Sachez que j'ai 71 ans et que Guillaume Apollinaire est mon poète préféré, même si celui-ci est mort, hélas...

  4. Chère milaine,
    Apollinaire n'est pas quelqu'un qui cherche à écrire des poèmes les pieds en eventails. Il est le chef de file de l'avant garde de l'époque, ce n'est pas pour rien. Il y a une opposition en "Présence neuve" et la dernière strophe. On a d'un côté un hôtel où tout le monde se rencontre, puis la séparation, et l'isolement. Je ne pense pas me tromper: beaucoup de poèmes d'Apollinaire sont des poème d'amour déçu. Il est drôle de lire votre commentaire (et iritant): parce que moi, je n'ai rien comprit, ce poème est con, le poète n'avait rien à faire. Il faut juste parfois se croiser le crâne et essayer de se poser la question: dans le cas de ce poète, mon interprétation est-elle cohérente. Dans le cas d'Apollinaire, il est absurde de parler de non sens.

  5. "sauvons la langue comme à Babel"
    comme cela sonne bien à notre tête
    le temps d'une nuit où tout s'embrouille
    où les mots trottent à l'âme
    la vie n'est-elle pas un non-sens
    c'est bien ce qui fait sa poésie

  6. Romanzini, je ne vous connais pas mais vous avez tout compris a la poésie Apollinairienne !!
    C'est ce message claire et distinct que véhicule dans l'ivresse de son Acools Guillaume Apollinaire: la vie n'est-elle pas un non-sens ?

  7. j'ai vraiment eu du mal a comprendre ce poeme mais en se grattant un peut le crane sa passer

  8. De quoi parle exactement hôtels ? svp j'ai un devoir dessus

  9. Aidez à déniché le contenu latent

  10. Je suis d'accord avec toi Non à j'ai aussi un devoir dessus

  11. Pour ma part, il m'apparaît assez clair qu'il parle de la prison (ce poème est d'ailleurs très proche de "A la santé" dans son recueil "Alcools". De façon très imagée à son habitude. Regardez ces vers :
    "La chambre est veuve" : la cellule
    "Chacun pour soi" : en prison, personne n'est ami
    "Présence neuve" : incarcération

    "Je tourne en route" : la promenade

    "Fermons nos portes
    A double tour"

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS