Poème 'Bouche de la fontaine' de Rainer Maria RILKE dans 'Sonnets à Orphée'

Bouche de la fontaine

Rainer Maria RILKE
Recueil : "Sonnets à Orphée"

Bouche de la fontaine, ô bouche généreuse,
Disant inépuisablement la même eau pure.
Masque de marbre devant la figure
De l’eau ruisselante. Et d’en arrière

Les aqueducs s’en viennent. De loin.
Longeant les tombes, des pentes de l’Apennin
Ils t’apportent ce chant qu’ensuite
Laisse couler ton vieux menton noirci

Dans l’auge ouverte. Oreille endormie,
Oreille en marbre dans laquelle
Tu murmures toujours…

Oreille de la terre. Elle ne parle donc
Jamais qu’à elle-même ? Et quand s’interpose la cruche,
Il lui semble que tu l’interromps.

Poème préféré des membres

jpb01 a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Bouche des profondeurs, à soi-même parlant,
    Sur un débit qui n'est ni trop vif, ni trop lent.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS