Poème 'Contre Linière' de Nicolas BOILEAU dans 'Épigrammes'

Contre Linière

Nicolas BOILEAU
Recueil : "Épigrammes"

Linière apporte de Senlis
Tous les mois trois couplets impies.
À quiconque en veut dans Paris
Il en présente des copies :
Mais ses couplets, tout pleins d’ennui,
Seront brûlés, même avant lui.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS