Poème 'Dans vos yeux' de Gaston COUTÉ

Dans vos yeux

Gaston COUTÉ

Dans vos yeux
J’ai lu l’aveu de votre âme
En caractères de flamme
Et je m’en suis allé joyeux
Bornant alors mon espace
Au coin d’horizon qui passe
Dans vos yeux.

Dans vos yeux
J’ai vu s’amasser l’ivresse
Et d’une longue caresse
J’ai clos vos grands cils soyeux.
Mais cette ivresse fut brève
Et s’envola comme un rêve
De vos yeux.

Dans vos yeux
Profonds comme des abîmes
J’ai souvent cherché des rimes
Aux lacs bleus et spacieux
Et comme en leurs eaux sereines
J’ai souvent noyé mes peines
Dans vos yeux.

Dans vos yeux
J’ai vu rouler bien des larmes
Qui m’ont mis dans les alarmes
Et m’ont rendu malheureux.
J’ai vu la trace des songes
Et tous vos petits mensonges
Dans vos yeux.

Dans vos yeux
Je ne vois rien à cette heure
Hors que l’Amour est un leurre
Et qu’il n’est plus sous les cieux
D’amante qui soit fidèle
A sa promesse… éternelle
Dans vos yeux.

Poème préféré des membres

guillaumePrevel a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Quelle date ?

  2. Méditation d’un fruit
    ------------

    Ce noir serpent m’en veut, je le lis dans ses yeux,
    Je risque de passer un bien mauvais quart d’heure ;
    Je sais bien qu’à l’automne il faut que les fruits meurent,
    Mais je regretterai ce jardin merveilleux.

    Ici vit une femme à l’image de Dieu,
    Elle est assez mignonne et tout juste majeure ;
    L’Adversaire va-t-il l’abuser de ses leurres ?
    Il n’est point d’animal plus sournois sous les cieux.

    Souvent à sa victime il promet des plaisirs,
    D’un vin fait de son sang proposant une coupe ;
    Toujours il fait appel à de sombres désirs.

    Il dissèque sa proie, l’examine à la loupe,
    La vainc facilement, car il sait les choisir ;
    Des perdants d’inframonde elle rejoint la troupe.

Rédiger un commentaire

Gaston COUTÉ

Portait de Gaston COUTÉ

Gaston Couté, né à Beaugency le 23 septembre 1880, mort à Paris 10e le 28 juin 1911, est un poète libertaire et chansonnier français. Gaston Couté est le fils d’un meunier. Avant le baccalauréat, il quitte l’école, qu’il détestait. Il est employé comme commis auxiliaire à la Recette générale des impôts... [Lire la suite]

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS