Poème 'L’Ecclésiaste' de Charles-Marie LECONTE DE LISLE dans 'Poèmes barbares'

L’Ecclésiaste

Charles-Marie LECONTE DE LISLE
Recueil : "Poèmes barbares"

L’Ecclésiaste a dit : Un chien vivant vaut mieux
Qu’un lion mort. Hormis, certes, manger et boire,
Tout n’est qu’ombre et fumée. Et le monde est très vieux,
Et le néant de vivre emplit la tombe noire.

Par les antiques nuits, à la face des cieux,
Du sommet de sa tour comme d’un promontoire,
Dans le silence, au loin laissant planer ses yeux,
Sombre, tel il songeait sur son siège d’ivoire.

Vieil amant du soleil, qui gémissais ainsi,
L’irrévocable mort est un mensonge aussi.
Heureux qui d’un seul bond s’engloutirait en elle !

Moi, toujours, à jamais, j’écoute, épouvanté,
Dans l’ivresse et l’horreur de l’immortalité,
Le long rugissement de la Vie éternelle.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Au jardin
    -----------

    Où pourrions-nous être mieux
    Que dans ce jardin, pour boire ?
    Le barde oublie qu'il est vieux,
    Laissant là les idées noires.

    Dans la lumière des cieux
    Naissent de belles histoires
    Qu'illustrent l'astre radieux
    Et les nuages d'ivoire.

    Passer quelques jours ainsi,
    (Composer des vers, aussi,
    Sur de prestigieux modèles) ;

    Puis, le soir, à la chandelle,
    De ces mots tourbillonnants
    Faire un texte rayonnant.

  2. Ça ira bien mieux
    quand après bien boire
    force bons vins vieux
    on sera bien noirs...

    On aura les cieux
    pour seul promontoire,
    les cieux dans les yeux,
    l'ébène en l’ivoire,

    oui bien mieux ainsi...
    La vie meurt aussi
    et l’amour comme elle...

    Ne s'en s’épouvanter :
    l’immortalité
    trop n’est éternelle.

Rédiger un commentaire

Charles-Marie LECONTE DE LISLE

Portait de Charles-Marie LECONTE DE LISLE

Charles Marie René Leconte de Lisle, né le 22 octobre 1818 à Saint-Paul dans l’Île Bourbon et mort le 17 juillet 1894 à Voisins, était un poète français. Leconte de Lisle passa son enfance à l’île Bourbon et en Bretagne. En 1845, il se fixa à Paris. Après quelques velléités lors des événements de 1848, il renonça... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto