Poème 'Les montreurs' de Charles-Marie LECONTE DE LISLE dans 'Poèmes barbares'

Les montreurs

Charles-Marie LECONTE DE LISLE
Recueil : "Poèmes barbares"

Tel qu’un morne animal, meurtri, plein de poussière,
La chaîne au cou, hurlant au chaud soleil d’été,
Promène qui voudra son cœur ensanglanté
Sur ton pavé cynique, ô plèbe carnassière !

Pour mettre un feu stérile en ton oeil hébété,
Pour mendier ton rire ou ta pitié grossière,
Déchire qui voudra la robe de lumière
De la pudeur divine et de la volupté.

Dans mon orgueil muet, dans ma tombe sans gloire,
Dussé-je m’engloutir pour l’éternité noire,
Je ne te vendrai pas mon ivresse ou mon mal,

Je ne livrerai pas ma vie à tes huées,
Je ne danserai pas sur ton tréteau banal
Avec tes histrions et tes prostituées.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Drôle d’oiseau
    --------------------

    Drôle d’oiseau, ce Piaf-Tonnerre !
    Il se laisse vivre en été,
    Car c’est un temps de volupté ;
    Son âme n’est point sanguinaire.

    À bord d’un château légendaire,
    Dans les airs on le voit flotter ;
    Pourtant, ce manoir enchanté
    Ne tarde point à toucher terre.

    Jamais il n’a souci de gloire,
    Il marche le long de la Loire
    Et trouve ça plutôt pas mal.

    Plus de château, mais une hutte
    En un pâturage banal :
    Une vie simple, sans disputes.

Rédiger un commentaire

Charles-Marie LECONTE DE LISLE

Portait de Charles-Marie LECONTE DE LISLE

Charles Marie René Leconte de Lisle, né le 22 octobre 1818 à Saint-Paul dans l’Île Bourbon et mort le 17 juillet 1894 à Voisins, était un poète français. Leconte de Lisle passa son enfance à l’île Bourbon et en Bretagne. En 1845, il se fixa à Paris. Après quelques velléités lors des événements de 1848, il renonça... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto