Poème 'Villanelle' de Charles-Marie LECONTE DE LISLE dans 'Poèmes tragiques'

Villanelle

Charles-Marie LECONTE DE LISLE
Recueil : "Poèmes tragiques"

Une nuit noire, par un calme, sous l’Équateur.

Le Temps, l’Étendue et le Nombre
Sont tombés du noir firmament
Dans la mer immobile et sombre.

Suaire de silence et d’ombre,
La nuit efface absolument
Le Temps, l’Étendue et le Nombre.

Tel qu’un lourd et muet décombre,
L’Esprit plonge au vide dormant,
Dans la mer immobile et sombre.

En lui-même, avec lui, tout sombre,
Souvenir, rêve, sentiment,
Le Temps, l’Étendue et le Nombre,
Dans la mer immobile et sombre.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Villanelle d’après Patrick Gillespie
    ——————–

    Chaque fois que la cloche appelait les fidèles,
    Don ou malédiction, persécution (je crois),
    Elle nous pondait une horreur de villanelle.

    C'était ainsi depuis l'école maternelle,
    Y introduisant tous les clichés à la fois,
    Chaque fois que la cloche appelait les fidèles.

    Aimant se confesser, française jouvencelle,
    Sitôt qu'elle voyait le loup au coin du bois,
    Elle nous pondait une horreur de villanelle.

    Toutes les vérités à dire ne sont belles,
    Mais elle les disait, en toute bonne foi,
    Chaque fois que la cloche appelait les fidèles.

    Quand le prêtre disait, de façon bien formelle,
    De partir en faisant le signe de la croix,
    Elle nous pondait une horreur de villanelle.

    Pierre en enfer l'envoie pour sa vie éternelle,
    Mais le diable cria "Que fait-elle chez moi?"
    Chaque fois que la cloche appelait les fidèles,
    Elle nous pondait une horreur de villanelle.

Rédiger un commentaire

Charles-Marie LECONTE DE LISLE

Portait de Charles-Marie LECONTE DE LISLE

Charles Marie René Leconte de Lisle, né le 22 octobre 1818 à Saint-Paul dans l’Île Bourbon et mort le 17 juillet 1894 à Voisins, était un poète français. Leconte de Lisle passa son enfance à l’île Bourbon et en Bretagne. En 1845, il se fixa à Paris. Après quelques velléités lors des événements de 1848, il renonça... [Lire la suite]

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS