Poème 'La belle Égyptienne' de Georges de SCUDÉRY

La belle Égyptienne

Georges de SCUDÉRY

Sombre divinité, de qui la splendeur noire
Brille de feux obscurs qui peuvent tout brûler :
La neige n’a plus rien qui te puisse égaler,
Et l’ébène aujourd’hui l’emporte sur l’ivoire.

De ton obscurité vient l’éclat de ta gloire,
Et je vois dans tes yeux, dont je n’ose parler,
Un Amour africain, qui s’apprête à voler,
Et qui d’un arc d’ébène aspire à la victoire.

Sorcière sans démons, qui prédis l’avenir,
Qui, regardant la main, nous viens entretenir,
Et qui charmes nos sens d’une aimable imposture :

Tu parais peu savante en l’art de deviner ;
Mais sans t’amuser plus à la bonne aventure,
Sombre divinité, tu nous la peux donner.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS