Poème 'La Mort du moine' de Émile NELLIGAN dans 'Émile Nelligan et son œuvre - Petite Chapelle'

La Mort du moine

Émile NELLIGAN
Recueil : "Émile Nelligan et son œuvre - Petite Chapelle"

Voici venir les tristes frères
Vers la cellule où tu te meurs.
Ton esprit est plein de clameurs
Et de musiques funéraires.

Apportez-lui le Viatique.
Saint Bénédict, aidez sa mort !
Bien que faible, faites-le fort
Sous votre sainte égide antique.

Ainsi soit-il au cœur de Dieu !
Clément, dis un riant adieu
Aux lien impurs de cette terre.

Et pars, rentre dans ton Espoir.
Que les bronzes du monastère
Sonnent ton âme au ciel ce soir !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Quand je devrai quitter mes frères
    (Car il est un temps où l'on meurt),
    Mon âme sera sans clameurs
    Et sans images funéraires.

    Ne dites le mot « viatique »
    Que si vous craignez votre mort ;
    Servez-moi du café bien fort
    Et deux ou trois blagues antiques.

    Ainsi, adossé dans mon pieu,
    Je ferai à tous mes adieux ;
    Je sais que les morts, sous la terre,

    N'ont souffrance ni désespoir.
    Plus calme que des monastères
    Sont les tombeaux, quand vient le soir.

  2. C'est quand la Saint-Patrick ?
    Parce que le jour de trique
    Je manque de pratique ...
    A la mort faire la nique -

  3. Nef oblique
    ----------

    Pilotée par un de ses frères,
    La nef porte un moine qui meurt ;
    Leur silence est une clameur
    Sur cette barque funéraire.

    L’Ecriture est leur viatique,
    Ce livres de leçons de mort ;
    Cet ouvrage est un peu trop fort
    Pour soigner des penseurs antiques.

    Les moines sont sans feu ni lieu,
    Au confort ils ont dit adieu ;
    Leur esprit devient solitaire.

    Mais ils ne sont pas sans espoir !
    Même si, dans leur monastère,
    On n’y danse jamais, le soir.

Rédiger un commentaire

Émile NELLIGAN

Portait de Émile NELLIGAN

Émile Nelligan (24 décembre 1879 à Montréal – 18 novembre 1941 à Montréal) est un poète canadien (québécois). Disciple du symbolisme, il a été profondément influencé par Octave Crémazie, Louis Fréchette, Charles Baudelaire, Paul Verlaine, Arthur Rimbaud, Georges Rodenbach, Maurice Rollinat et Edgar Allan Poe. Parmi les... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS