Poème 'La soif des richesses' de leutcha

Accueil > Les membres > Page de poésie de leutcha > La soif des richesses

La soif des richesses

leutcha

Ils sont des garçons et des filles
beaux et jeunes
qui ont abandonné leur sol natal
le berceau de leurs géniteurs
un super festin de sang est devenu
bébés où enfants et adolescents
la nuit sont offerts au banquet mystique
par leur géniteur
pour s’approprier des lingots d’or
et se doter des armes de la puissance
Douala ou Yaoundé
Bafoussam ou Bamenda
les havres sont nouveaux
où leurs embarcations jettent l’ancre
dans ces paradis où chantent leurs rêves
ils vont et viennent
vivant de vols à la tire
leur chambre où il fait si froid
installée est sous des arbres publics
ou sur les devantures des grands espaces
à New Bell
à Akwa
à Bonamoussadi
à Ndokoti
à Maképé
à Nkolndongo
à Tsinga
à Nsimeyong
à Émombo
à Komo
les boîtes de conserve jetées
sont de copieux banquets
pour lesquels les dents sautent
et le sang coule
tôt ou tard
la drogue devient reine
des désirs de leur cœur
et au fil des jours s’abîmant dans le temps
nos gaillards et nos donzelles
mieux sont outillés
dans l’art des subtilités urbaines
à présent ils cachent
dans leur jeans ou dans leur manteau
des couteaux
des gourdins et des pistolets -
pivots de leurs visées sanguinaires
Yaoundé
Douala
Bafoussam et Bertoua
sont les riches agences
de leurs œuvres machiavéliques
avec des paroles angéliques
et des intrigues bien montées
les Prado
les motos neuves
les Pajero
et autres véhicules de grand prix
deviennent leurs propriétés
et sont vendus aux amis
ou
aux complices des régions lointaines
Yaoundé
Douala
Ngaoundéré
Maroua
Sangmelima
Muyuka
Ebolowa
Kumba
Bamenda et Mamfé
sont devenues des jungles
où les biens et la vie
oscillent sur un fil raide
menacés
par cette redoutable armée des braqueurs
par un saint et savant manège
ils déplument les impotents
les aveugles et les touristes
à Douala
à Yaoundé et à Garoua -
forteresses où se cuisine la drogue
ils souillent nos rues de sang
et pour étendre leur puissant empire
ils recrutent d’autres garçons et filles
dans nos villages ou les pays voisins
vêtus comme des seigneurs
ils vont et viennent
à Douala et à Yaoundé
dans des Prado
et autres véhicules de luxe
entourés de belles et jeunes nanas
ils s’arrêtent dans les rues et les avenues
et donnent de riches aumônes
aux mendiants et aux lépreux
ils organisent de temps en temps des hold-up
pour accroître l’empire de leur sanglante fortune
merde ! nos grands baobabs et leurs compères
mangent et boivent avec eux
ils se sont donnés la main pour cueillir
la fortune
dans le crime et le sang

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

leutcha

Image de leutcha

Nom : LEUTCHA

Prénom : Michel

Naissance : 01/10/1959

Présentation : J'ai la poésie dans l'âme et elle est la grande passion de ma vie. J'aime lire les textes poétiques, surtout ceux qui élèvent l'âme et la transportent dans les nuées ! J'ai publié en 2009...

Accéder à sa page de poésie

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS