Poème 'La tendresse' de Rosemonde GÉRARD ROSTAND dans 'Les Pipeaux'

La tendresse

Rosemonde GÉRARD ROSTAND
Recueil : "Les Pipeaux"

Miraculeux printemps dont l’automne est si triste,
Le plus beau sentiment, non, ce n’est pas l’amour ;
Pas l’amour faible et fou, l’amour aveugle et sourd,
Fermant autour de lui sa guirlande égoïste.

Ce n’est pas le respect aux bagues d’améthyste ;
Ni le rêve, laissant ses longs cheveux flotter ;
Ni l’amitié, qui veut la réciprocité,
Ni l’estime, tenant son implacable liste.

Mais Tendresse, c’est toi ! toi, que rien ne ternit.
C’est toi. Tu prends à tous le bouquet de tes charmes ;
L’amour te donne une âme et l’amitié des larmes ;

Tu rajeunis l’instant pour qu’il soit infini…
Et, dans cet instant-là, le cœur, à ce point tremble,
Qu’il sait rire et pleurer et mourir tout ensemble !

Poème préféré des membres

JuCharline83 a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. L’anneau du lion
    ------------------

    Ténébreux lion servi par trois chevaliers tristes,
    Regrettant à loisir ses premières amours ;
    Il fut un amant fou, amant aveugle et sourd,
    La Fontaine l’a dit, les lions sont égoïstes.

    Il n’a jamais voulu d’un anneau d’améthyste,
    Mais d’une bague d’or, car ce métal est lourd ;
    L’artisan dut le faire en un délai bien court,
    Quand un lion veut cela, nul besoin qu’il insiste.

    Ainsi, ce bel anneau, qui jamais ne ternit,
    De la douceur passée rappelle un peu les charmes ;
    L’amour lui donne une âme et le regret, des larmes.

    Car le cercle est symbole, aussi, de l’infini,
    Et, quand vous entendrez qu’un lion jamais ne tremble,
    Vous pourrez objecter : «Quelquefois, il me semble».

  2. Un coin de plage
    ------------------

    Les nuages sont lourds,mais ils ne sont pas tristes ;
    Ils survolent la plage avec tout leur amour,
    Mais ne leur dites rien, les nuages sont sourds,
    Ils sont un peu distants, mais ne sont pas autistes.

    Ils arborent parfois des reflets d’améthyste,
    Quand les envoie ici l’océan par temps lourd ;
    Faudra quitter la plage en un délai bien court,
    Si Neptune à verser des trombes d’eau insiste.

    Le sable sous nos pieds, qui jamais ne ternit,
    Des jardins d’autrefois rappelle un peu les charmes ;
    Le ciel lui donne une âme et le gros temps, des larmes.

    Car le sable est symbole, aussi, de l’infini,
    Et, quand vous observez une vague qui tremble,
    Le sable vous dira : «Dieu s’amuse, il me semble».

  3. Sur la mer
    ----------

    Un marin réconforte une sirène triste,
    Sourires échangés, platoniques amours ;
    C’est un petit bonheur qui dure un temps très court,
    L’ondine se console avec un apnéiste.

    Le capitaine croit que Neptune l’assiste,
    Mais les dieux bien souvent à nos désirs sont sourds ;
    Des récifs sont placés tout au long du parcours,
    Des pièges que la nef rencontre à l’improviste.

    En partant de son port le vaisseau fut béni
    Par quelques mots latins d’un sage moine carme ;
    Un démon fut vaincu dans ce combat sans armes.

    Or, tant que leur labeur ne sera pas fini,
    Les matelots craindront pour cette nef qui tremble,
    Mais vivront cette peur dignement, dans l’ensemble.

Rédiger un commentaire

Rosemonde GÉRARD ROSTAND

Portait de Rosemonde GÉRARD ROSTAND

Louise-Rose-Étiennette Gérard, dite Rosemonde Gérard, poétesse française, est née le 5 avril 1866 à Paris où elle est morte le 5 juillet 1953.
Elle est la petite-fille du comte Étienne Maurice Gérard, héros de Wagram. Son parrain est le poète Leconte de Lisle et son tuteur Alexandre Dumas. Dodette était son surnom... [Lire la suite]

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS