Poème 'Avril' de Gérard de NERVAL dans 'Odelettes'

Avril

Gérard de NERVAL
Recueil : "Odelettes"

Déjà les beaux jours, – la poussière,
Un ciel d’azur et de lumière,
Les murs enflammés, les longs soirs ; -
Et rien de vert : – à peine encore
Un reflet rougeâtre décore
Les grands arbres aux rameaux noirs !

Ce beau temps me pèse et m’ennuie.
- Ce n’est qu’après des jours de pluie
Que doit surgir, en un tableau,
Le printemps verdissant et rose,
Comme une nymphe fraîche éclose
Qui, souriante, sort de l’eau.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. La planète des singes
    ----------------------

    Vois-les qui jouent dans la poussière,
    Leur corps est baigné de lumière ;
    Comme ils jacassent dans le soir !
    Les singes sont charmants à voir.

    Tous ces jolis postérieurs roses
    Font penser à des fleurs écloses ;
    Je cherche ma peinture à l'eau
    Pour fixer ce charmant tableau.

    Que j'aimerais être, au Japon,
    Un de ces primates fripons !

Rédiger un commentaire

Gérard de NERVAL

Portait de Gérard de NERVAL

Gérard de Nerval, pseudonyme de Gérard Labrunie, né à Paris le 22 mai 1808 et mort à Paris le 26 janvier 1855, était un poète français. Il passe son enfance dans le Valois, dont les paysages furent source d’inspiration. A Paris, il mène une vie de bohème, fréquente le ‘Cénacle’ de Victor Hugo puis publie une... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto