Poème 'L’amour' de Rosemonde GÉRARD ROSTAND dans 'Les Pipeaux'

L’amour

Rosemonde GÉRARD ROSTAND
Recueil : "Les Pipeaux"

On peut, dans un amour, garder la foi profonde,
La volupté du soir et la fraîcheur du jour :
Mais ce n’est qu’au début magique de l’amour
Qu’on est réellement tous les deux seuls au monde.

On peut garder l’étoile et l’oiseau qui prélude
Et le jardin qui tremble au bruit vert du râteau :
Mais la miraculeuse et double solitude,
Hélas, le temps jaloux nous la reprend bientôt.

Et, bientôt, sur la route adorable et profonde,
Où l’on allait vraiment tous les deux seuls au monde,
On s’arrête… on entend d’autres pas… d’autres voix…

Et c’est, remplissant l’air d’un écho qui déchire
Et murmurant des mots qu’aucun mot ne peut dire,
Le couple des amants que l’on fut autrefois !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Les amoureux marchent pieds nus
    Au printemps dans une herbe tendre,
    Entourés de sons inconnus
    Qu'ils ont seuls à pouvoir entendre.

    Avant que le soir fût venu
    Ils ont trouvé de quoi s'étendre;
    Les gestes longtemps retenus
    Sont accomplis sans plus attendre.

    Au lointain dorment les villages,
    Nul paysan au pâturage,
    Nul promeneur sur le chemin.

    A l'horizon dort la montagne.
    Dorment compagnon et compagne
    Ici, sans penser à demain.

  2. Le correcteur de grammaire a apprécié votre poèmes, mais il trouve à pinailler :
    - "Qu'ils SONT seuls"
    - "Avant que le soir SOIT venu"
    :)

  3. Le correcteur d'orthographe a apprécié votre remarque, cependant :
    - "votre poème" sans s
    ;)

  4. Je ressens ce subtil poême de Rosemonde Gérard; c'est une vraie réussite.

  5. L'amour est surtout vrai aux jours qu'il s'improvise.
    Et si, au fil des ans, il garde sa valeur,
    L'ennui du quotidien en ternit la couleur :
    Mais, sur ce que j'en dis, les avis se divisent.

    Nous devons affronter, que veux-tu que je dise,
    Notre amour tel qu'il est, ses ronces et ses fleurs.
    S'il est une leçon au refrain du malheur,
    On peut lui préférer l'impromptue friandise.

    Sous l'atome, un noyau formé de particules...
    En les analysant, le physicien recule
    Les strates du réel, je ne sais pas jusqu'où.

    L'analyse a du sens, et je la crois utile,
    Mais avant de trancher cette question subtile,
    Je prends le temps de vivre, et de boire un bon coup.

  6. Le bouc avec la cavale aquatique
    ----------------------------------------

    La jument de la mer vit dans les eaux profondes ;
    Mais elle en sort, parfois, dans la clarté du jour.
    Avec le joli bouc, elle vit un amour
    Qui leur fait partager les joies de leurs deux mondes.

    Au temple, s’abritant de l’orage qui gronde,
    Les attend le dragon, grand seigneur en sa Cour ;
    Il leur offre un asile en sa plus haute tour,
    Un abri fort douillet, dans la muraille ronde.

    Ainsi, s’appropriant ce refuge admirable,
    Dans l’échange amoureux de propos adorables,
    Le bouc et la jument bavardent à mi-voix.

    Laissons-les partager leur aimable délire,
    Ce qu’ils sont devenus, je ne puis vous le dire,
    C’est si loin, c’est si loin, ces contes d’autrefois !

Rédiger un commentaire

Rosemonde GÉRARD ROSTAND

Portait de Rosemonde GÉRARD ROSTAND

Louise-Rose-Étiennette Gérard, dite Rosemonde Gérard, poétesse française, est née le 5 avril 1866 à Paris où elle est morte le 5 juillet 1953.
Elle est la petite-fille du comte Étienne Maurice Gérard, héros de Wagram. Son parrain est le poète Leconte de Lisle et son tuteur Alexandre Dumas. Dodette était son surnom... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto