Poème 'Le dernier papillon' de Rosemonde GÉRARD ROSTAND dans 'Les Pipeaux'

Le dernier papillon

Rosemonde GÉRARD ROSTAND
Recueil : "Les Pipeaux"

Quand ne chante plus le grillon
Et qu’on est avant dans l’automne,
Quelque matin gris l’on s’étonne
De voir un dernier papillon.

Plus d’or, d’azur, de vermillon ;
Son coloris est monotone ;
La cendre dont il se festonne
Se mêle au sable du sillon.

D’où vient-il ?… et par quelle porte ?…
Est-ce, parmi la feuille morte,
Le seul des papillons vivants ?

Ou, parmi la neige vivante,
La petite ombre transparente
D’un papillon mort au printemps ?

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Cornes de gueules
    -----------------------

    Nous, cornes rouges, nous brillons
    Sur une très noire personne ;
    Allons, que nul ne s'en étonne !
    Car rien ne vaut le vermillon.

    La tête que nous habillons
    De sable et d'argent se festonne ;
    Riant à chaque heure qui sonne,
    Elle est gaie comme un papillon.

    Chef d'un démon de belle sorte,
    Elle connaît les mille portes
    De ce grand inframonde obscur ;

    C'est un démon qui danse et chante
    Sans aucune intention méchante,
    Juste amoureux du bel azur.

Rédiger un commentaire

Rosemonde GÉRARD ROSTAND

Portait de Rosemonde GÉRARD ROSTAND

Louise-Rose-Étiennette Gérard, dite Rosemonde Gérard, poétesse française, est née le 5 avril 1866 à Paris où elle est morte le 5 juillet 1953.
Elle est la petite-fille du comte Étienne Maurice Gérard, héros de Wagram. Son parrain est le poète Leconte de Lisle et son tuteur Alexandre Dumas. Dodette était son surnom... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto