Poème 'Le Perroquet' de Émile NELLIGAN dans 'Émile Nelligan et son œuvre - Eaux-Fortes Funéraires'

Le Perroquet

Émile NELLIGAN
Recueil : "Émile Nelligan et son œuvre - Eaux-Fortes Funéraires"

Aux jours de sa vieille détresse
Elle avait, la pauvre négresse,
Gardé cet oiseau d’allégresse.

Ils habitaient, au coin hideux,
Un de ces réduits hasardeux,
Un faubourg lointain, tous les deux.

Lui, comme jadis à la foire,
Il jacassait les jours de gloire
Perché sur son épaule noire.

La vieille écoutait follement,
Croyant que par l’oiseau charmant
Causait l’âme de son amant.

Car le poète chimérique,
Avec une verve ironique
À la crédule enfant d’Afrique.

Avait conté qu’il s’en irait,
À son trépas, vivre en secret
Chez l’âme de son perroquet.

C’est pourquoi la vieille au front chauve,
À l’heure où la clarté se sauve,
Interrogeait l’oiseau, l’oeil fauve.

Mais il riait, criant toujours,
Du matin au soir tous les jours:
« Ha ! Ha ! Ha ! Gula, mes amours ! »

Elle en mourut dans un cri rauque,
Croyant que sous le soliloque
Inconscient du bavard glauque,

L’amant défunt voulait, moqueur,
Tailler l’amour de son vieux cœur.
Elle en mourut dans la rancœur.

L’oiseau pleura ses funérailles,
Puis se fit un nid de pierrailles
En des ruines de murailles.

Mais il devint comme hanté;
Et quand la nuit avait chanté
Au clair du ciel diamanté,

On eût dit, à voir sa détresse,
Qu’en lui pleurait, dans sa tendresse,
L’âme de la pauvre négresse.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Antipapegault
    -----------

    Dans un jardin perdu qu’ombrage un noisetier
    Vit l’antipapegault, monarque de la plaine ;
    Il ne se risque point dans des courses lointaines,
    À peine connaît-il les sylvestres sentiers.

    Il n’est pas à l’honneur, il n’est pas à la peine,
    Et jamais sur sa branche on ne l’entend prier ;
    Mais nul à cet égard ne l’ira décrier,
    Pourquoi n’aurait-il pas l’âme républicaine ?

    Pour lui faire plaisir, offrez-lui des crevettes
    Ou un godet de bière à l’antique buvette ;
    Ou même, à la rigueur, un peu de poisson cru.

    Cet antipapegault ne fait point de vacarme,
    Il sait de vieux dictons dont je goûte le charme,
    Et même la chanson du père Lustucru.

Rédiger un commentaire

Émile NELLIGAN

Portait de Émile NELLIGAN

Émile Nelligan (24 décembre 1879 à Montréal – 18 novembre 1941 à Montréal) est un poète canadien (québécois). Disciple du symbolisme, il a été profondément influencé par Octave Crémazie, Louis Fréchette, Charles Baudelaire, Paul Verlaine, Arthur Rimbaud, Georges Rodenbach, Maurice Rollinat et Edgar Allan Poe. Parmi les... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS